17 Shevat 5779‎ | 23 janvier 2019

Les agriculteurs manifestent devant la Knesset

Lundi 19 décembre, des milliers d’agriculteurs venus de toutes les régions d’Israël se sont rassemblés devant la Knesset pour manifester et porter à la connaissance des élus les difficultés croissantes qu’ils rencontrent. Ils ont été nombreux à exposer aux journalistes présents les raisons de leur mécontentement. Comme l’explique un éleveur d’avocats et de mangues de Galilée de 36 ans, Daniel (qui a tenu à garder l’anonymat) : « Il est devenu de plus en plus difficile de vivre de la vente de nos récoltes. D’abord parce que le prix de l’eau a augmenté. Ensuite, la politique du gouvernement a autorisé les importations étrangères de fruits et légumes. Enfin, les pratiques d’achat des grandes entreprises de la distribution sont inqualifiables : elles ne nous donnent qu’un shékel par kilo quand elles achètent nos produits, et ensuite on les retrouve en supermarché à 7 ou 8 shékels le kilo! Toute l’année nous travaillons dans la boue et la chaleur. C’est nous qui devrions contrôler le marché, pas les grandes surfaces! » Même discours chez Ariel Kuperberg, 44 ans, agriculteur du nord : « En augmentant les impôts et en autorisant les importations étrangères, le gouvernement est en train de conduire l’agriculture israélienne vers une mort lente. C’est à nous que revient le soin de nourrir le pays : nous devrions être aidés pour cela. Dans tous les pays du monde, les agriculteurs sont aidés par les gouvernements. Pourquoi n’est-ce pas le cas en Israël? » Pour Eytan Lipszyc, 57 ans, qui cultive des dattes près d’Eilat « Les supermarchés réalisent trop de profits sur notre dos. Il faudrait baisser le prix de l’eau. Et taxer les importations! » Dans son communiqué, Avshalom Vilan, secrétaire général de l’Association des fermiers israéliens, a blâmé la politique de « ce gouvernement de droite qui a deux mains gauches ». Soucieux de ne pas accroître ce malaise, le ministre de l’Agriculture Uri Ariel, qui considère les agriculteurs comme des « partenaires stratégiques », a demandé à son collègue Moché Kahlon que les services des Finances veuillent bien baisser le coût de l’eau…
David Jortner