17 Kislev 5780‎ | 15 décembre 2019

La réaction courroucée du député Meyer Habib au reportage scandaleux de M6 sur Jérusalem

Un reportage diffusé, il y a quelques jours dans le cadre de l’émission « Enquête exclusive » sur la chaîne M6 a suscité de très vives réactions de protestation dans la communauté juive en France et dans la communauté des Français d’Israël. Ce reportage intitulé « Jérusalem, quand la ville sainte se déchire » présente une réalité très  fortement  biaisée  et  totalement  à  charge  contre  l’État  d’Israël.  Sur les  réseaux  sociaux,  les  critiques  les  plus  virulentes  ont  été  postées  contre  ce  reportage.  Le  député  des Français de l’Étranger, Meyer Habib s’est immédiatement saisi de cette affaire et a adressé une lettre véhémente  au  président  directeur  général  de  la  chaîne,  lettre  dans  laquelle  il  s’insurge  contre  la diffusion  de  ce  documentaire  qui  selon  lui  « est  truffé  d’inexactitudes  et  d’omissions  historiques offrant une présentation partiale des faits et tendant à délégitimer Israël » avant de préciser : « Dans ce film, les Juifs sont systématiquement présentés comme des colons alors que la présence juive à Jérusalem  est plurimillénaire  et que depuis  le premier  recensement de  1844,  les  Juifs  sont  majoritaires dans  la ville  trois  fois  sainte. »  En  définitive,  ce  parti  pris  historique  s’inscrit  dans  un  contexte  de  véritable  djihad  intellectuel  et  diplomatique  qui  se  traduit  depuis  des  années  à  l’UNESCO  par  une entreprise  de  négation  systématique  de  toute  présence  historique  du  peuple  juif  à  Jérusalem  et  en Israël.Meyer  Habib  déplore  que  ce  reportage  « renvoie  systématiquement  dos  à  dos  des  extrémistes des deux camps » et critique le fait que ce document se focalise de manière excessive sur lesfranges  les  plus  extrémistes  des  implantations  israéliennes  de  Judée-Samarie,  alors  qu’il évacue  en une phrase les organisations djihadistes palestiniennes – Hamas et Djihad islamique au premier chef –qui  pratiquent  depuis  des  décennies  le  même  terrorisme  aveugle  qui  frappe  aujourd’hui  la  France, endoctrinent les jeunes à la haine et les incitent à mourir en « martyr » : « Pas un mot sur le fait que ces organisations djihadistes palestiniennes écrivent noir sur blanc dans leurs chartes qu’elles refusent absolument l’existence d’un État juif dans quelques frontières que ce soit et combattent pour un État palestinien  islamiste,  régi  par  la  charia,  pas  à  côté,  mais  à  la  place  d’Israël. »  Plus  généralement,  le reportage laisse entendre que les Territoires palestiniens tout entiers seraient en train d’être « dévorés » par une « colonisation rampante » et que l’avenir de la Mosquée Al-Aqsa serait compromis… Or, l’expérience des dernières années le montre sans conteste : le conflit israélo-palestinien n’est pas qu’un  conflit  de  territoire, mais  n’est  que  la  forme  première de  ce  djihad  global  auquel  le  monde  libre fait face et qui a tué hier encore douze innocents sur un Marché de Noël à Berlin… Et que dire, enfin, de  certains  passages  aux  relents  antisémites.  Entre  ce  conférencier  juif  qui,  à  l’issue  de  sa  prise  de parole,   « ne   perd   pas   le   nord »   et   fais   de   bonnes   affaires   en   vendant   son   livre   et  ramasse ostensiblement  des  liasses  de  billets  de  banque  et  cette  présentation  d’un  Israël  qui  persécute aujourd’hui les Chrétiens d’Orient à Bayit Jala. « Cette accusation est d’autant plus choquante qu’Israël  est  aujourd’hui  le  seul  de  la  région  à  garantir  une  pleine  liberté  de  culte  à  toutes  les  religions  présentes  sur  son  sol.  A  contrario,  pas  un  mot  sur  les  brimades  et  menaces  subies  par  les  Chrétiens  de Palestine, en proie aux djihadistes et à des autorités corrompues, dont la part de la population totale est passée de 10 % en 1922 à moins de 1 % en 2010 et, à Bethléem, ville de naissance du Christ, de près  de  80 %  en  1993,  avant  les  Accords  d’Oslo,  à  moins  de  18 %  aujourd’hui ».  Et  Meyer  Habib  de conclure : « La  liberté  de  la  presse  est  une  liberté  fondamentale,  garantie  par  notre  constitution. Toutefois, elle n’autorise pas une présentation orientée, surtout quand il s’agit d’un sujet si complexe et  sensible.  À  plus  forte  raison,  un  média  de  premier  plan  comme M6  a  le  devoir,  à  mon  sens,  d’observer une certaine neutralité. » Danny Benely