23 Sivan 5779‎ | 26 juin 2019

Des beignets de Hanouka, oui ! Mais pas nimporte quel prix !

Doughnuts (sofganiot) on sale at Marzipan bakery in Jerusalem market, for the upcoming Jewish holiday of Hanukkah. on December 02, 2015. Photo by Lior Mizrahi/Flash90 *** Local Caption *** ñåôâðéåú ñåôâðéä çðåëä îøöéôï ùå÷ îçðä éäåãä îàôéä çâ

Si les Américains sont fous des « cupcakes » et les Français des macarons, les Israéliens sont accros aux beignets, surtout en cette période de Hanouka ou ces derniers remplissent les devantures des boulangeries. Il quelques années les beignets se divisaient en deux catégories : ceux à la confiture et ceux au caramel. Aujourdhui en Israël, tous les goûts, et surtout tous les prix sont permis ! Des goûts de plus en plus variés Il y a encore quelques années, acheter des beignets de Hanouka en Israël se résumait à choisir entre des beignets à la confiture, au sucre, au chocolat ou au caramel. Mais aujourdhui, les boulangeries israéliennes se surpassent dans leurs créations. C’est Roladin qui a lancé la mode des beignets aux goûtsdivers en proposant, plus dun mois avant Hanouka, une « carte » de beignets tous plus alléchants les uns que les autres. On peut trouver par exemple des beignets fourrés à lacrème pâtissière au goût exotique, recouverts dun glaçage et garnis de chocolat, de petites guimauves ou déclats de noix. Certains beignets sont même vendus accompagnés dune petite pipette, afin de rajouter de la crème au moment de la dégustation du produit.  Un prix en hausse chaque année Même sils payent le prix fort, les Israéliens attendent avec impatience cette période de lannée où les papilles sont en éveil. Alors que les beignets « simples » sont vendus entre 1 shekel pièce dans les grandes surfaces  et 5 shekels dans les chaînes de boulangeries, les beignets « gourmands », eux, peuvent aller jusquà 12 shekels pièce ! De plus, au fil des années, les prix nont fait que monter. Si Roladin vendait son beignet à la confiture 4,50 shekels en 2013, aujourdhui il est à 5 shekels. Et son beignet avec pipette, vendu 9 shekels en 2013, se déguste aujourdhui pour 10 shekels. En 3 ans, Roladin a augmenté ses prix de 10 % pour les beignets simples et de 16 % pour les beignets « gourmands ». La boulangerie Berman, elle, proposait lannée dernière ses beignets à la confiture pour 4,80 shekels lunité. Cette année, ce sont 5,70 shekels quil va falloir débourser pour le même produit. En ce qui concerne les beignets « gourmands », on passe de 6,80 lunité à 7,90. Des hausses de prix considérables ! Lexplication donnée par les chaînes de boulangerie pour ces hausses de prix est le coût de produits de qualité utilisés pour ces beignets, ainsi que la hausse du SMIC horaire au cours de lannée qui vient de sécouler. Pourtant, le site israélien Ynet a constaté que les prix dans les petites boulangeries, eux, nont pas augmenté dune année sur lautre.

Éliana Gurfinkiel