14 Kislev 5781‎ | 30 novembre 2020

L’histoire de vie du Rav Chemaryahou Yossef Nissim Karelitz Zatsal

Lundi soir 21 octobre peu après la fin de Sim’hat Torah (en Erets Israël), l’un des grands décisionnaires de notre génération, le Rav Chemaryahou Yossef Nissim Karelitz zatsal, s’est éteint à l’âge de 94 ans. Le lendemain, des dizaines de milliers de personnes ont accompagné ce Géant qui, tout au long de sa vie, fuyait les honneurs, vers sa dernière demeure dans le cimetière de Bné Brak. Portrait.

Le Rav Chemaryahou Yossef Nissim Karelitz zatsal est né en 1926 à Kossovo, en Biélorussie. Son père, le Rav Na’houm Méïr, disciple du ‘Hafets ‘Haïm était le Rav d’un village situé près de Vilna. Quant à sa mère, elle était la fille du Rav Chemaryahou Yossef Karelitz et la sœur du ‘Hazon Ich. Peu après sa naissance, le Rav Karelitz Zatsal se trouva dans un état grave et par miracle, il eut la vie sauve. De ce fait, le prénom Nissim lui fut ajouté à celui de son grand-père Chemaryahou Yossef. En 1936, il décide de monter en Erets Israël après avoir réalisé qu’il était contraint d’inscrire son fils dans une école publique. Pour des raisons techniques, il décide de prendre le nom de jeune fille de son épouse, la sœur du ‘Hazon Ich. Arrivé en Israël à l’âge de dix ans, le jeune Nissim étudia auprès du Rav Mikhal Yéhouda Lepkowitz zatsal, à la Yéchiva Tiférèt Tsion. Il ne tarda pas à être considéré comme un élément brillant, tant pour son assiduité dans l’étude et sa compréhension que pour sa Yirat Chamaïm et ses Middot exceptionnelles. Dès sa Bar-Mitsva, il s’était engagé à manger avec retenue et à s’abstenir de douceurs ainsi qu’à respecter scrupuleusement les horaires des Tefilot et des séances d’étude. Durant ses années passées à la Yéchiva, il tissa des liens étroits avec son oncle, le ‘Hazon Ich. Il s’inspira considérablement de la grandeur de son oncle et de sa ligne de conduite. D’ailleurs, ceux qui ont connu le ‘Hazon Ich auraient remarqué que sa démarche, son regard discret, les mouvements de ses mains et son sourire se retrouvaient chez son neveu. Le Rav Nissim Karelitz poursuivit ses études à la Yéchiva de Loumza (Péta’h Tikva) qui constituait alors la crème du monde des Yéchivot. En dépit de sa discrétion et de son humilité, il fut un modèle pour de nombreux ba’hourim qui lui vouaient une grande admiration et qui avaient décelé en lui un avenir fort prometteur. Puis, lorsque la Yéchiva de Poniowietz fut créée, le Rav Karelitz s’y rendit, suivant les conseils de son oncle, pour assister aux Chiourim, avant d’intégrer cette nouvelle structure à temps plein. Il y étudiait de longues heures d’affilée, sans interruption, avec une concentration impressionnante et en s’investissant pleinement pour creuser chaque sujet dans ses moindres détails.

Thousands of followers of Rabbi Shmaryahu Yosef Nissim Karelitz attend his funeral in the Ultra Orthodox city of Bnei Brak, on October 22, 2019. Rabbi Shmaryahu Yosef Nissim Karelitz passed away early Tuesday after a long struggle with illness. Photo by Flash90 *** Local Caption *** øá ùîøéäå éåñó ðñéí ÷øìéõ ìéèàé úôéìä çøãéí ìååéä äìååéä áðé áø÷

En 1951, il se maria avec la fille du Rav Tsvi Hirsh HaCohen Kopshitz Zatsal, arrière-petite-fille du Av Beth-Din de Jérusalem, Rav Yossef ‘Haïm Zonnenfeld Zatsal. Après son mariage, Rav Nissim Karelitz poursuivit ses études au Collel de Poniowietz et éleva avec son épouse leurs onze enfants, dans la voie tracée par leurs illustres ancêtres. Dès 1955, il enseigna à la Yéchiva ‘Houg ‘Hatam Sofer et trois ans plus tard, à la Yéchiva de Vijnitz. Au cours de ces années, il forma des légions d’élèves qui se délectaient de ses cours empreints de clarté et de profondeur et qui furent marqués par ce maître qui vivait intensément ce qu’il transmettait. En 1959, à la suite du décès de son père, il fut convié à le succéder. Il cumula alors les fonctions de Rav du Bet Knesset Héligmann à Bné-Brak et de Roch Collel du « Collel ‘Hazon Ich ». En 1968, sous les encouragements du Steïpeler Zatsal et avec la bénédiction du Rav Shakh Zatsal, le tribunal rabbinique du Rav Karelitz a été fondé.

Il deviendra le plus grand Bet-Din privé et formera des centaines de Dayanim et de Moré Horaa. Rav Nissim Karelitz Zatsal était totalement dévoué pour le Tsibour si bien qu’il refusa de fixer des heures d’accueil. Puis, pour des raisons de santé, il consentit à instaurer des horaires tout en rappelant souvent que sa porte était toujours ouverte. L’on ne pourrait décrire les qualités de ce Géant dont la grandeur échappe à notre entendement mais nous ne pouvons non plus omettre d’évoquer quelques caractéristiques qui lui sont propres afin de nous en inspirer un tant soit peu. Grâce à sa droiture hors du commun et à la pureté de son esprit, il fut à même de trancher des cas les plus complexes. Chacun de ses mots était pesé et il était clair et concis. Hormis les sujets de Torah, il n’intervenait dans aucune discussion et ce, depuis sa jeunesse où il fit du silence une règle d’or. De ce silence qui remonterait au Mont Sinaï et de cette modestie héritée de Moché Rabbénou, le Daat Torah a été conçu et transmis au-delà des mers et des océans. Que les mérites du Tsadik puissent plaider en faveur de tout le Am Israël et intercéder auprès du Trône Céleste pour hâter notre Rédemption finale !

porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle