14 Kislev 5780‎ | 12 décembre 2019

Voyage exceptionnel à Radin organisé par les institutions d’Aix-Les-Bains

La grande campagne de mobilisation en faveur des institutions d’Aix-Les-Bains du 23 et 24 juin a sans doute été un rendezvous majeur de l’année 5779 pour la communauté francophone. En effet, les anciens élèves et les sympathisants de ce bastion de Torah ont, de près comme de loin, répondu présent pour soutenir ces institutions qui, depuis des décennies, se dévouent pour diffuser un judaïsme authentique « pour la gloire d’Hachem ». Le point culminant de cette campagne a certainement été atteint le 23 juillet lors du voyage historique organisé à Radin pour prier sur la tombe du ‘Hafets ‘Haïm qui fut le maître de rav ‘Haïm Its’hak Chajkin zatsal. Retour sur les étapes et les impressions de ce voyage.

« Unis pour la gloire d’Hachem »

Loin d’être un simple slogan, cette formule a été la règle d’or qui a été respectée tout au long de la campagne et qui a également accompagné tous ceux qui ont participé à ce voyage à destination de Radin. Ainsi, l’atmosphère d’A’hdout et le dévouement pour défendre ce que nous avons de plus cher et de plus précieux étaient palpables aussi bien du côté des organisateurs que des donateurs et/ou participants.

Motif de ce voyage

Pour rappel, lors de la campagne, il avait été convenu que le Roch Yéchiva rav Its’hak Weill chlita se rende à Radin, sur la tombe du ‘Hafets ‘Haïm, pour prier en faveur des donateurs. Si au départ, un voyage en petit comité avait été envisagé, celui-ci s’était transformé par la suite en un véritable pèlerinage communautaire. En effet, près de 200 personnes y ont participé. Pourquoi avoir choisi Radin comme destination ? Car le rav Chajkin zatsal était un fervent disciple du ‘Hafets ‘Haïm. De fait, pour ceux qui ont eu le privilège de connaître rav Chajkin zatsal, péleriner sur la tombe de son maître ne pouvait qu’être un moment fort en émotions et une opportunité unique pour se renforcer spirituellement. Les élèves du rav Chajkin zatsal avaient tellement entendu leur maître parler de son propre maître le ‘Hafets ‘Haïm qu’ils avaient l’impression d’être eux-mêmes les disciples de cette sommité rabbinique du Siècle dernier. En effet, rav Chajkin zatsal était si pétri de l’exemple de ses maîtres qu’à travers sa voix, c’était leur voix qui faisait écho et à travers son exemple, c’était le leur qui se reflétait. En outre, précisons que les Grands maîtres de la génération ont béni et soutenu ce projet. Rav ‘Haïm Kaniewsky chlita avait remis un mandat de délégation au rav Its’hak Weill chlita pour aller prier à Radin en faveur des donateurs.

Une organisation assurée de A à Z

Félicitations au comité qui n’a lésé aucun détail. Toute une logistique a été mise sur pied : inscriptions, enregistrement des numéros de passeport, assurance, planification d’un programme minuté… Il a fallu bénéficier d’une « aide du Ciel » toute particulière pour gagner le pari surtout lorsque l’on sait qu’une cinquantaine d’inscriptions ont été réceptionnées l’avant-veille du départ. De plus, chaque participant a reçu un document illustrant la présence de la communauté juive dans la région. Agrémenté des portraits d’illustres Rabbanim de cette prestigieuse contrée (le ‘Hafets ‘Haïm, Rav El’hanan Wasserman, les Raché Yéchivot de Radin), ce feuillet présentait également les données démographiques d’avant-guerre et d’après-guerre. Une brochure de prières particulières à réciter sur la tombe des Tsadikim a été offerte à tous les membres du groupe qui ont été ravis de pouvoir ainsi être « équipés » pour vivre pleinement ce pèlerinage.

Les principales étapes de ce voyage historique

Départ à 4H10 du matin : Rendez-vous devant la Yéchiva d’Aix pour se rendre en car à l’aéroport de Lyon. L’obscurité et la fatigue ne parviennent pas à dissimuler l’émotion des voyageurs qui s’apprêtent à se rendre à Radin. Ville qu’ils n’ont jamais connue mais qui a pourtant laissé ses marques à Aix-les-Bains où l’on a enseigné à des milliers d’élèves le courant de pensée que le ‘Hafets ‘Haïm transmettait à ses élèves à Radin : apprendre à vivre dans la simplicité puisque ce monde ici-bas n’est qu’un passage pour accéder au monde futur. Cette leçon de vie a toujours été vécue, sentie et transmise à Aix-les-Bains…

Aéroport de Lyon : Des Minyanim se forment pour l’office de Cha’harit mais le temps presse et certains montent à bord de l’avion vêtus de leur Talit et Téfilin.

Vol Lyon-Minsk : Dans cet avion exclusivement réservé au groupe, l’ambiance est toute particulière. Anciens élèves, et amis d’Aix se retrouvent aux côtés des élèves de la Yéchiva Ketana entourés de leurs Rabbanim et du Roch Collel. Parmi les Rabbanim qui ont participé à ce voyage, on citera rav Shemouel Breisacher chlita et son fils rav David Breisacher chlita, rav Naftali Chajkin chlita, rav Shlammé chlita (Machguia’h de la yéchiva Chaaré Torah à Manchester), rav Yi’hya Teboul chlita, le Dayan de Lyon, rav Bénitah chlita de Paris et rav Landauer chlita de Genève. Ainsi, plusieurs générations sont réunies et unies pour aller prier sur la tombe du ‘Hafets ‘Haïm envers qui il sont tous si redevables et reconnaissants pour ce riche patrimoine qu’il leur a légué. Durant tout le vol, boissons, gâteaux et sandwiches sont servis à volonté ! Aussi, les passagers ont pu déguster le discours du rav Shlammé chlita qui a contribué à leur faire vivre ce passage à Radin de façon intense, avec toute sa portée et son sens. Quant au Roch Yéchiva rav Its’hak Weill chlita accompagné de rav Tsvi Chajkin chlita et rav Yossef David Frankforter chlita ainsi que rav Shlomo Kats chlita et rav Mordékhaï Kats chlita (mandatés par leur père, rav Its’hak Kats chlita, qui n’a pu se déplacer), ils ont voyagé dans le jet privé de Mr Michel Ohayon.

De Minsk à Radin : dernière ligne droite en autocar. Un paysage particulier s’offre aux voyageurs et les propulse vers une époque lointaine. De nombreuses maisons sont construites en bois et l’architecture générale évoque l’âge d’or des communautés juives de la Lituanie et de la Pologne d’avantguerre. De plus, les merveilleux récits du ‘Hafets ‘Haïm rapportés par rav Meïr Errera chlita permettent à tous d’obtenir quelques bribes de la grandeur de ce Tsadik. Le rav Naftali Chajkin chlita a également été un puits de sagesse tout au long de ce voyage durant lequel il s’est adressé aux élèves de la Yéchiva Ketana.

Radin – la tombe du ‘Hafets ‘Haïm : Le moment crucial est arrivé !

Dans une salle de prières aménagée à proximité de la tombe, l’ambiance solennelle est indescriptible. La ferveur, les pleurs, les prières récitées tous en chœur, ce pèlerinage sur la tombe du Tsadik dont on a tellement entendu parler, le maître par excellence du rav Chajkin zatsal… tout cela fait vibrer le cœur de chacun et permet à l’assistance de vivre un moment unique associé à des souvenirs édifiants ! Avec émotion et un sentiment d’élévation palpable, le Seli’hot et le Chéma Israël font régner l’ambiance de Yom Kippour. D’autres prières sont également récitées, notamment celle qui a été instituée par le ‘Hafets ‘Haïm lui-même pour préserver sa langue de tous mauvais propos ou encore la prière du Chla Hakadoch pour la réussite de l’éducation des enfants. Là aussi, tous sont unis pour la gloire d’ Hachem ! Lorsqu’on s’incline devant le Tsadik, notre personnalité s’efface et l’individualisme n’a plus de place. On se positionne unis et soumis devant Hachem… Il y a lieu à nouveau de rappeler que les organisateurs ont pensé à tout, y compris les petits papiers pour inscrire les noms des personnes chères pour lesquelles on aurait une requête particulière à formuler.

Témoignage de Rav David Breisacher Chlita

« C’est très émouvant de venir à Radin prier sur le Kéver du ‘Hafets ‘Haïm. Pour tout le monde, c’était un géant parmi les géants. Mais pour les Talmidim du rav Chajkin zatsal, c’est encore plus spécial. C’est d’abord notre grand-père spirituel, le feu du rav, la source du Zikkouy Harabbim de notre rav qui a illuminé la France. Quel mérite d’avoir vu la Yéchiva de Radin. Dans ce haut lieu, le rav s’est rempli pendant 7 ans du vivant de son maître et cinq années supplémentaires après son décès. Que la lumière de la Torah emplisse notre vie, celle de nos enfants, familles… jusqu’à la venue du Machia’h. Amen ! Après avoir prié sur la tombe de ce Géant qui sanctifiait le Nom d’Hachem à chaque instant de sa vie, les pèlerins se sont rendus au Kéver A’him, auprès de ceux qui étaient morts en sanctifiant le Nom d’Hachem.

Radin – Kéver A’him/ la tombe des frères

Dans cette fosse commune, avaient été « enterrés » les 2130 Juifs qui habitaient Radin et les environs et qui avaient été massacrés le 10 mai 1942. Le souvenir de la Shoah saisit le cœur de chacun. Au cours de ce recueillement, les ba’hourim lancent plusieurs chants émouvants de circonstance : manifestation spontanée exprimant les sentiments profonds éprouvés en ce lieu saint en présence de cette noble assemblée. Le pèlerinage se poursuit sur les tombes des Raché Yéchivot de Radin, à savoir, le rav Moché Landynski zatsal et le rav Naftali Tropp zatsal. Tandis que l’assistance rejoint le bâtiment de la yéchiva, le rav Its’hak Weill chlita prend le temps de prier, pendant plus d’une heure, sur la tombe du ‘Hafets ‘Haïm, en faveur des donateurs des institutions d’Aix-les-Bains en mentionnant les noms de chacun d’eux.

Siyoum

Pour clôturer ce voyage-éclair en beauté, un Siyoum est fêté par le rav Schlammé chlita. Une belle Séoudat Mitsva fait honneur au Limoud Torah avant de reprendre le bus de retour en direction de Minsk. Quant au Roch Yéchiva rav Its’hak Weill chlita et les rabbanim qui l’accompagnent, une autre étape les attend ! Ils se rendent à Volozhin pour prier sur la tombe de l’auteur du Néfech Ha’haïm, l’illustre Rav ‘Haïm de Volozhin !

PROPOS RECUEILLIS PAR YOKHEVED LEVY