24 Tishri 5780‎ | 23 octobre 2019

« Le don des anges », un bel exemple de solidarité francophone en Israël

A l’approche de Roch Hachana, Haguesher vous livre un exemple parmi de nombreuses et formidables actions de solidarité qui honorent le Am Israël : « Le don des anges » un groupe WhatsApp francophone entièrement dédié à l’entraide. Chacun est invité à donner ce qu’il veut, électroménager, vêtements, mobilier, cartable etc… Les inscrits n’ont plus qu’à se contacter mutuellement en fonction de leurs besoins et lieux d’habitation. L’aide est quasi immédiate dans tout Israël. Et désormais à Paris. Alors que la politique sociale semble demeurer l’éternelle oubliée des débats électoraux israéliens, l’entraide quotidienne, elle, par le biais de multiples associations de ‘hessed, n’a jamais été aussi active. En témoignent le nombre de gma’h et d’initiatives privées, à travers le pays, proposant leurs services pour chaque événement de la vie, de la naissance avec la nécessité de s’équiper correctement pour accueillir le nouveau-né, au mariage toujours trop coûteux pour nombre de familles très modestes, en passant par l’ameublement de la maison pour les jeunes couples ou les familles nombreuses, sans oublier les vêtements et bien plus urgent, l’aide alimentaire.

Ainsi « le don des anges » superbe initiative francophone créée il y a un mois seul e m e n t , i n spi r é e du modèle israélien bien rodé «Malakk i m Mossrim » ou encore « Agora » regroupe sur whatsApp plus de 220 franco – p h o n e s disséminés dans tout Israël, donateurs et personnes dans le besoin confondus, chacun est tout simplement invité à donner ou à récupérer tout ce qu’il veut. Et ça marche.

Voici le type d’annonce que l’on peut lire sur le groupe : « Cherche frigidaire, table, canapé, armoire, lits d’enfant pour une famille dont la maison a brulé hier à Netanya… Les habitants n’ont plus rien. Un déménageur se propose de venir récupérer les affaires. » Puis, quelques minutes plus tard : « A donner salon complet et linge de maison à récupérer à Richon Letsion » « Frigo à donner à Petah Tikva » etc. « Et c’est comme ça toute la journée, confie à Haguesher Eva Malka l’administratrice du groupe. Grâce à ce lien whatsapp, les donateurs trouvent directement preneurs en envoyant la photo de l’objet et le lieu de résidence. L’idée est d’inviter à donner tout ce qui peut rendre le quotidien plus agréable, ou tout simplement plus vivable. Dans une démarche difficile comme l’alya il est vital de penser à la collectivité. Faire un geste peut sauver une vie, tendre la main peut redonner le sourire. On ne s’imagine pas dans quelle détresse peuvent vivre certaines personnes, à nous d’y remédier. » Et cette chaîne de solidarité, particulièrement réactive, ne s’arrête pas à l’objet donné. Celui qui a prévu de se déplacer de Jérusalem à Tel-Aviv par exemple propose volontiers de transporter la marchandise au concerné, selon ses possibilités.

Aujourd’hui débordée par le succès de cette belle initiative, Eva Malka, s’efforce désormais de mettre en place des sousgroupes spécialisés dans toutes les autres formes de solidarité, comme la visite aux malades, la consolation des endeuillés, la réjouissance des mariés… « Les besoins sont si grands, et l’on peut, chacun à son niveau faire tellement de petites choses pour améliorer la situation de l’autre. » Entièrement bénévole, cet agent immobilier était partie du constat que lors des déménagements, les gens ne savaient plus quoi faire de leurs meubles, et bien souvent les laisser en plan… D’ailleurs dans le groupe parisien fraîchement créé, on peut lire régulièrement : « Donne machine à laver, petit mobilier et vêtements pour cause… d’Alya ! »

Isabelle Azriel.