12 Kislev 5781‎ | 28 novembre 2020

Le vibrant hommage de Tours à ses 1019 juifs déportés

Égrené un à un, le nom de chaque juif déporté entre 1942 et 1944 résonne dans le péristyle de l’hôtel de ville de Tours. Familles, proches et élus locaux sont venus rendre un hommage particulièrement émouvant, ce 15 septembre dernier, à ces 1019 femmes et hommes de Touraine, dont 78 enfants, raflés et exterminés dans les camps d’Auschwitz et de Sobibor.

« Il faut faire comprendre l’énormité des chiffres et redonner une individualité à chaque personne. 1019 personnes, c’est l’équivalent d’un train de déportés entier. A Tours, 78 enfants ont été envoyés vers les camps de la mort entre 1942 et 1944, cela représente trois classes d’écoles vidées de leurs élèves. Ce sont nos voisins que l’on est allé chercher ! » s’exclame Yvette Ferrand, ancienne directrice d’école maternelle et présidente d’honneur de l’association Areshval (Association de recherches et d’étude historiques sur la Shoah en Val de Loire) à ‘origine de cette cérémonie d’hommage.

Hélas, seules 38 personnes sont revenues vivantes des camps de la mort. Pour toutes les autres, comme « ils n’ont pas de tombes » il s’agit avant tout de leur offrir « une pierre tombale orale » confie Yvette Ferrand au micro de France-Bleue. Très investie depuis plus de 20 ans dans ce devoir de transmission de la mémoire de la Shoah auprès des jeunes, d’autant que, selon un sondage IFOP, 30 % des 18-35 ans ne savent pas qu’un génocide des juifs a eu lieu pendant la Seconde guerre mondiale, l’association œuvre désormais pour qu’une stèle soit installée à Tours. Un travail qui s’inscrit dans la lutte contre l’antisémitisme, dont a été personnellement victime Yvette Ferrand, en raison de son engagement, et cela alors même qu elle n est pas juive.

Isabelle Azriel.