19 Av 5779‎ | 20 août 2019

Décès à 108 ans du grand résistant Georges Loinger zal

La disparition de Georges Loinger vendredi 28 décembre à l’âge de 108 ans
a provoqué une vive émotion dans la communauté juive. Georges Loinger est né en août 1910 à Strasbourg dans une famille orthodoxe de 7 enfants. Sa soeur Yvette Loinger, aujourd’hui décédée , était la mère de la célèbre
chanteuse israélienne Yardena Arazi, et sa tante qui s’occupa de lui durant la Première guerre mondiale était la mère de Marcel Mangel qui n’était autre que le mime Marceau. En 1929, il devient ingénieur et travaille pour une compagnie de navigation sur le Rhin mais bifurque dans sa carrière et devient professeur d’éducation physique. Dans les années 30, il est surveillant à l’Ecole Rabbinique de la rue Vauquelin et professeur d’éducation physique à l’Ecole Maïmonide qui vient d’être créée par Marcus Cohn. Il est aussi alors moniteur national des Eclaireurs israélites de France. Avant la guerre, il s’occupe d’accueillir en France, des réfugiés juifs d’Allemagne. Soldat français au début de la guerre il est fait prisonnier par les nazis en 1940 et parvient à s’évader du Stalag avec son cousin Simon
Mangel frère du mime Marceau. A partir de là il aura une très intense activité de résistant et organisera au péril de sa vie, l’exfiltration de près de
500 enfants juifs appartenant aux maisons de l’OSE, vers la Suisse à partir d’Annemasse. Il est alors aussi membre du réseau Garel de la Résistance avec sa soeur Fanny. Après la guerre, il s’occupe de l’acheminement des rescapés vers les camps de transfert en route vers la Palestine Mandataire et participera activement à l’épopée de l’Exodus. Il reste toutefois en France où il sera le directeur de la filiale française de la compagnie maritime israélienne Zim. Il attendra d’avoir 104 ans pour publier ses mémoires et sera reçu deux ans auparavant en 2012, par le président de l’Etat d’Israël Shimon Pérès. Il était Commandeur de la Légion d’honneur à titre militaire ; titulaire de la médaille de la Résistance et de la Croix de Guerre, citoyen d’honneur de la ville de Strasbourg et officier dans l’ordre du mérite de la République Fédérale d’Allemagne. Il a également présidé l’association
de la résistance juive en France. Georges Loinger a encore un frère Charles qui a 98 ans et vit aujourd’hui en Israël. Charles Loinger a repris son nom de famille d’origine, Lewinger, à son installation en Israël. Sur son site, le CRIF lui a rendu un vibrant hommage : « Nul n’est éternel mais
Georges, qui a traversé toutes les tempêtes du siècle passé et quasiment les deux premières décennies du suivant, était comme un phare dans la nuit. A ses côtés rien ne pouvait arriver. Il avait la force d’un chêne et la longévité d’un cèdre. «Là où il n’y a pas d’homme, efforce toi d’en être un».
Georges Loinger a incarné mieux que quiconque cette idée ».
Daniel Haïk