15 Iyyar 5779‎ | 20 mai 2019

« Ohel Moché » (Paris 19e) se développe également à Jérusalem (Bayit Végan)

Pendant cette période de Ben Hazemanim, un nouveau Beth Hamidrach francophone a été inauguré à Bayit Végan, dans une ambiance merveilleuse. Cette inauguration a attiré un très grand nombre de participants, dépassant largement les attentes des organisateurs. Loin de se suffire « de faire un saut », les personnes présentes ont participé à ce bel évènement en se sentant directement concernées, en chantant et dansant tous en choeur. Lors de cette extraordinaire ‘Hanoukat Habayit ayant eu lieu le 15 Av dernier, un nouveau Séfer Torah a été introduit au Beth Hamidrach. Outre le magnifique accompagnement musical assuré par le célèbre chanteur Ruby Banett, cet évènement était empreint d’une joie toute particulière et d’un grand enthousiasme qui se faisaient ressentir au sein de la foule. Plusieurs Rabbanim de Bayit Végan ont honoré ce bel évènement par leur présence, ainsi que le Roch Yéchivade Mir, Rav Eliezer Yéhouda Finkel Chlita. Comment expliquer le cachet exceptionnel de cette inauguration et quelles sont les origines de ce nouveau Makom Torah à l’avenir si prometteur ?
En réalité, ce Beth Hamidrach est une extension du célèbre centre communautaire « Ohel Moché », installé à Paris en plein coeur du 19e Arrondissement et constituant un centre dynamique de Tefila et de Torah. Pour rappel, « Ohel Moché » comprend plusieurs salles d’études, un Collel, de nombreux cours de Torah de différents niveaux, des programmes d’études pour jeunes, des Mikvaot… Toujours dans
cet esprit de développer un centre de Torah où il fait bon vivre, le centre « Ohel Moché » a décidé, depuis Chavouot dernier, d’étendre son action en Israël, en ouvrant un nouveau Beth Hamidrach à Bayit Végan, situé à l’angle Hapisga / Torah Vaavoda. Ce nouveau Makom Torah, dirigé par Avraham Tibi, s’adresse tant aux francophones qu’aux israéliens. Il se distingue à la fois par le haut niveau d’étude de ses fidèles, le sérieux du déroulement des offices que par l’ambiance accueillante et chaleureuse qui y règne. Il vise à ce que n’importe quel fidèle y trouve sa place, soit à son aise pour y prier et y étudier. Aspirant à faire développer autant que possible ce centre torani par l’organisation de Chiourim, des séances de Limoud et des Minyanim variés, les responsables se tiennent également à l’écoute des besoins du public israélien afin d’augmenter la A’hdout et permettre « une meilleure intégration » aux francophones qui, somme
toute, même s’ils habitent Bayit Végan, ne vivent plus en France. Il assure plusieurs offices en semaine et
le Chabbat, et accueille différents groupes d’étude, dans le cadre de Collelim… Mais cela n’est qu’un début car de nouveaux projets sont en cours de réalisation ! Que ce nouveau Makom Torah puisse poursuivre son action avec le même élan et continuer à fleurir et à rayonner afin de faire honneur à la Torah et à ceux qui s’y attachent !