8 Kislev 5779‎ | 16 novembre 2018

La Conférence des rabbins européens et le Tikoun Olam

CER PRIZE 9 OCTOBRE 2018

Les prix des entrepreneurs numériques ayant contribué par leurs productions à sauver des vies ou aider l’humanité ont été décernés comme chaque année, le 9 octobre, par l’institution spirituelle. Pour la première fois, la cérémonie s’est déroulée à Paris.

Près de deux cent cinquante personnes se sont pressées à l’Hôtel de Ville de Paris, dans la soirée du 9 octobre, pour assister au dîner de gala – sans appel de fonds – de la Conférence des rabbins européens. Parmi elles, des responsables communautaires (Joël Mergui, président du Consistoire, Francis Kalifat, numéro un du CRIF…), mais aussi des élus et parlementaires. La maire de la capitale, Anne Hidalgo, était représentée par l’un de ses adjoints, l’avocat Patrick Klugman, chargé des relations internationales et de la francophonie. Invité d’honneur : Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique. Le journaliste Paul Amar animait l’événement. L’objectif était de remettre les prix des entrepreneurs d’Internet que la Conférence décerne annuellement depuis 2012. C’est la première fois que la cérémonie se déroule en France. Le grand rabbin Haïm Korsia a pris la parole, ainsi que le président de l’institution rabbinique internationale, le rav Pinhas Goldschmidt, grand rabbin de Moscou. Il a insisté sur l’impossibilité de se passer du web, même au sein du public ‘harédi, dans la mesure où certaines démarches administratives sont désormais « dématérialisées ». Plus encore : il a déclaré en substance qu’il n’existait aucune rupture intellectuelle entre la Torah et les algorithmes. A condition d’être scrupuleusement filtrés pour ne pas risquer d’enfreindre la Halakha, les outils digitaux ne
sauraient être négligés puisqu’ils rendent des services parfois inestimables à l’humanité. C’est le sens que le rav Goldschmidt a voulu donner à cette soirée. Les trois personnalités européennes promues
ont oeuvré, à travers leurs productions innovantes, au tikoun olam et c’est à ce titre qu’elles ont mérité une récompense fraternelle de la Conférence. Le premier prix, d’un montant de vingtsix mille euros, a été attribué à l’Israélien Maoz Ben-Ari pour l’application qu’il a imaginée, « Cardioscale ». Elle guide les
sauveteurs présents sur une scène de guerre ou d’attentat en repérant à distance l’état du coeur des
blessés. En définissant les priorités, en indiquant aux secouristes vers quelles victimes il faut se diriger d’abord, elle sauve des vies. Le deuxième prix (dix-huit mille euros) est allé à l’Allemand Claudiu Leverinz pour « Muneva », une application qui permet aux handicapés moteurs de se déplacer et d’orienter leur fauteuil roulant dans la bonne trajectoire en clignant simplement des yeux ou actionnant tel ou tel muscle de leur visage. Ce logiciel révolutionnaire est assorti de lunettes  » intelligentes »  proches des fameuses Google Glass. Le troisième récipiendaire, qui s’est vu gratifier lui aussi de dix-huit mille euros, est le Français Thierry Lamidieu, PDG d’Inergys qui fabrique des panneaux photovoltaïques et des éoliennes d’exception, avec un gain d’énergie à bas coût remarquable. « Voilà des entrepreneurs altruistes et non motivés par le seul profit », a résumé le rav Goldschmidt. La Conférence des rabbins européens, multiplie les initiatives. Prochaine rencontre à retenir : celle des jeunes rabbanim du Vieux Continent. Elle aura lieu à Marseille du 29 au 31 octobre. Les invités seront accueillis par le rav Réouven Ohana, grand rabbin de la cité phocéenne et membre du comité permanent de la Conférence depuis peu.
Axel Gantz