17 Tishri 5779‎ | 26 septembre 2018

30 000 israéliens se dirigent vers Ouman pour passer les fêtes de Roch Hachana

Ultra-Orthodox Jewish pilgrims pray on a bank of a lake near the tomb of Rabbi Nachman of Breslov during the celebration of Rosh Hashanah holiday, the Jewish New Year, in Uman, Ukraine, September 21, 2017. REUTERS/Valentyn Ogirenko - RC1D55BFE9E0

On estime environ à 30 000 le nombre d’israéliens se rendant à Ouman (Ukraine) cette semaine, perpétuant ainsi la tradition des hassidimes de Bratslav de se rendre sur la tombe de leur maître Rabbi Nahman pour célébrer le nouvel an juif.

Quelle est l’origine de cette coutume?

Du vivant de Rabbi Nahman, ses disciples avaient l’habitude de se rassembler trois fois par an, lors des fêtes de Hanoucca, Chavouot, et Roch Hachana. Ces rassemblements, appelés « kibboutzim » étaient organisés à la demande de Rabbi Nahman lui-même. Des trois réunions annuelles, Rosh Hashana était considérée par Rabbi Nahman  comme étant la plus importante, et devait rassembler, à tout prix, « toute personne qui s’intéresserait à lui ». Rabbi Nahman ordonna de maintenir ce rendez-vous même après sa mort.  Ainsi, près de deux siècles après sa disparition,  des juifs de tous les horizons se joignent aux fidèles du Rabbi pour commémorer le rassemblement de Roch Hachana.