17 Kislev 5781‎ | 3 décembre 2020

Hommages en cascade pour Claude Lanzmann zal

Le réalisateur de « Shoah » a joué un rôle prépondérant, à l’échelle mondiale,dans la prise de conscience de l’ampleur du génocide. Décédé à l’âge de quatre-vingt-douze ans, c’était aussi un ardent défenseur d’Israël.

70th Cannes Film Festival - Photocall for the film "Napalm" presented as part of Specials screenings - Cannes, France. 21/05/2017. Director Claude Lanzmann poses. REUTERS/Jean-Paul Pelissier - RC1D91267870

Les hommages ont fusé, notamment en France et en Israël, après l’annonce du décès de Claude Lanzmannzal, le 5 juillet. Le journaliste, écrivain et cinéaste auteur du célèbre film « Shoah » (en 1985) s’est éteint à l’âge de quatre-vingt-douze ans.
Une « perte énorme pour l’humanité et pour le peuple juif, a commenté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, Emmanuel Nahshon.Le disparu a redonné une voix aux millions des nôtres exterminés par les nazis et a fait découvrir l’immensité de cette tragédie au monde. Que sa mémoire soit bénie ».YadVashem a évoqué dans un communiqué une « marque indélébile sur la conscience collective ».
Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial (CJM), a salué « la contribution monumentale » de Claude Lanzmannzal« à la compréhension des atrocités des machines à tuer qu’étaient les nazis et de leur tentative d’exterminer le judaïsme européen ».
Au nom du CRIF, Francis Kalifat a estimé que « Shoah » était une œuvre désormais « entrée dans l’Histoire ».
Ariel Goldmann, président du Fonds social juif unifié (FSJU) et de la Fondation du judaïsme français, a remarqué que « les témoins directs nous quittent peu à peu.Nous qui avons eu l’honneur de côtoyer Simone Veil, Elie Wiesel ou Samuel Pisarsommes la relève pour affronter le mal négationniste », a-t-il affirmé.
Parmi les nombreuses réactions des responsables politiques hexagonaux, retenons celle du patron des Républicains, Laurent Wauquiez : « Il y a trente-trois ans, ‘Shoah’ nous a ouvert les yeux. Le meilleur hommage qu’on puisse rendre au réalisateur est de les garder ouverts ».
Né à Bois-Colombes, près de Paris, dans une famille assimilée arrivée d’Europe de l’Est dès la fin du 19e siècle, Claude Lanzmann n’a reçu aucune éducation juive, « ni religieuse ni culturelle », expliquait-il.
C’est en 1952 qu’il découvre Israël, au hasard de ses pérégrinations journalistiques. Une révélation telle que le futur documentariste ne cessera de plaider la cause de ce pays à travers différents films comme « Tsahal », en 1994.
Mais c’est « Shoah », succession de témoignages recueillis sept années durant sur les lieux du génocide et aux alentours, surtout en Pologne, qui a fait connaître le cinéaste dans le monde entier. Il est d’ailleurs l’inventeur du mot. Avant la sortie de« Shoah » qui signifie « catastrophe » en hébreu, on utilisait l’expression très controversée d’« Holocauste », à dimension sacrificielle, laquelle a cours aujourd’hui encore outre-Atlantique.

Axel Gantz

porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle