9 Tevet 5779‎ | 17 décembre 2018

Chavouot, un mariage pour l’éternité !

Pessa’h, nous avons lu le Cantique des cantiques, ce chant d’amour qui scelle les fiançailles entre Hachem et Israel. Pendant sept semaines, le peuple s’est pré^paré comme une fiancée à ses noces. Arrive la fête de Chavouot, jour du Don de la Torah qui est appelé dans les Ecrits : « le jour de Sa ‘houpa, le jour de l’allégresse de Son cœur ». C’est la célébration de l’Alliance extraordinaire de D.ieu avec le Klal Israël.

Les parallèles entre Matan Torah et la ‘Houpa sont nombreux, disent nos Sages. En voici quelques uns :
Tous les Enfants d`Israël ont fait une Tévila de Tahara pour se purifier avant de se présenter au Mont Sinaï tout comme la Kala fait son Mikvé la veille de son mariage.
Moché Rabbénou a sorti les Enfants d’Israël à la rencontre d’Elokim (Chemot 19,17) comme on conduit la Kala à la rencontre de son ‘hatan.
Hachem a brandi la montagne au dessus des Enfants d’Israël comme une ‘houpa.
Hachem et Israël étaient escortés par des anges comme les mariés par des Chochvinim.
La Révélation du Sinaï était accompagnée du son du Chofar, du tonnerre, des éclairs comme l’orchestre et les lumières d’une noce.
Les Tables de la Loi étaient, comme on le sait, la Ketouba écrite par D.ieu pour le peuple d’Israël, telle celle que le ‘Hatan remet à la Kala.
Même le décor de la « salle » n’a pas été oublié : le Mont Sinaï s’est couvert de fleurs en plein désert.
Tout comme la Kala est parée de vingt quatre bijoux, ainsi la communauté d’Israël a été parée des vingt-quatre livres du Tanakh
Et la couronne de la mariée ? Les anges ont octroyé deux couronnes à chaque fils/fille d’Israël pour avoir dit : Na’assé venichma.
Au Sinaï, après la faute du Veau d’or, les premières Tables de la Loi ont été brisées comme le verre à la fin des Kiddouchin pour rappeler la destruction du Temple : une mise en garde pour renforcer le sérieux de l’union ; garde à l’infidélité !

Chaque année, à Chavouot, nous célébrons l’anniversaire de cette union extraordinaire car Chavouot vient du mot Chevou’a, serment.
Cependant, une alliance de mariage habituelle peut aboutir à une rupture. La Torah ne veut pas lier irrémédiablement des conjoints qui ne s’entendent pas.
L’alliance entre Hachem et le Klal Israël, en revanche, est éternelle !
« Veérastikh li léolam/Je te fiancerai à Moi pour l’éternité » Hachem a juré qu’Il ne brisera ce lien en aucun temps, qu’Il ne « prendra jamais une nouvelle femme » (Il ne choisira pas un autre peuple). Même si « l’épouse » se montre infidèle, il y aura des moments difficiles mais jamais de rupture. Son Nom est sur nous pour toujours, comme celui du mari pour l’épouse.
Le « ‘Hatan » a gardé précieusement la photo de sa « Kala » au mont Sinaï. Même dans un temps de dissension, au moment de la destruction du Temple, Il la « sort » devant Lui, comme il est écrit : « Je me souviens de l’affection de ta jeunesse et de l’amour de tes noces (Jérémie 2) »
Hachem se souvient toujours de l’amour que nous Lui avons montré à Matan Torah. En réponse à Son engagement, inconditionnel et éternel, le Klal Israël s’exclame à nouveau, chaque année à Chavou’ot :
« Pour Toi, Hachem, partout et à jamais : NAASSE VENICHMA/nous ferons et nous écouterons ! »

Pour se lier à Son peuple, Hachem a choisi l’alliance la plus forte : celle du mariage ! Aider à l’édification d’un foyer juif est une des mitsvot les plus chéries d’Hachem. Il appelle le Klal Israël à s’associer à Lui dans cette construction dont Il s’occupe constamment.

Toujours avec vous et pour vous.
Equipe BAIT Rabbanith P. Elkrief.