12 Sivan 5778‎ | 26 mai 2018

Aviv Zonabend, élu juif toulousain, met le feu aux poudres

Ce conseiller municipal dont le fils porte la kippa a provoqué une vive émotion dans la ville rose après ses déclarations à la radio israélienne sur l’antisémitisme de la communauté musulmane et le « trop grand nombre d’Arabes » dans la métropole occitane.

Aviv Zonabend siège au conseil municipal de Toulouse. Ancien supporter de François Fillon à la présidentielle de 2017, il appartient à la majorité de droite emmenée par le maire Les Républicains, Jean-Luc Moudenc. Chargé – entre autres – des relations avec les villes jumelées, dont Tel-Aviv, il était en déplacement dans la métropole israélienne le 25 avril. Il a accordé à cette occasion une interview radiophonique au journaliste Razi Barkaï, laquelle a mis le feu aux poudres.
Il a commencé par révéler avoir reçu à son bureau une lettre menaçante contenant un produit non identifié, comme l’Espace du judaïsme il y a quelques jours (lire le précédent numéro d’Haguesher). « La situation est difficile chez nous, a-t-il dit, il y a beaucoup d’Arabes à Toulouse. Trop. Ils représentent 11 à 12 % de la population. Et les Juifs sont peu nombreux. Six cents familles ont réalisé leur alyah lors des cinq dernières années ».
Interrogé sur le débat en cours outre-Rhin au sujet de la nécessité ou non d’ôter sa kippa sur la voie publique en raison de la multiplication des incidents haineux fomentés par les migrants moyen-orientaux, Aviv Zonabend a répondu ceci : « Seulement en Allemagne ? Je pense que nous devons supprimer les kippot dans toute l’Europe. Mon fils en porte une mais je préfère le savoir en chapeau ». L’élu a ajouté qu’à titre personnel, il se contentait d’une maguen David, dissimulée sous ses vêtements. « L’antisémitisme en Europe, en France, à Toulouse n’est plus seulement issu de l’extrême droite mais de l’islam politique », a-t-il encore affirmé, soulignant que les musulmans s’étaient « violemment opposés au manifeste publié mi-avril dans Le Parisien contre le nouvel antisémitisme ». Enfin, le conseiller municipal a indiqué que ses collègues musulmans avaient « du mal » à accepter ses convictions sionistes, d’autant que le jumelage entre la ville rose et Tel-Aviv, qui date de 1962, entre dans son domaine de compétence. Il a critiqué dans la foulée les autorités israéliennes pour « la non reconnaissance de certains diplômes qui entrave l’alyah ».
L’expression « trop d’Arabes » a provoqué la réaction indignée de l’équipe de Jean-Luc Moudenc et du maire lui-même, qui a ordonné une « enquête ». Aux dernières nouvelles, il envisageait de retirer ses délégations à Aviv Zonabend.
Celui-ci s’est justifié ainsi : « J’ai été interviewé sur l’affaire Merah et j’ai répondu dans un hébreu hésitant, une langue que je ne maîtrise pas. Je ne voulais pas parler d’Arabes mais d’islamistes ».

Axel Gantz

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*