12 Sivan 5778‎ | 26 mai 2018

Le destin d’un vaillant guerrier

Dans la Haftara habituelle de Tazria (Mélakhim II V, 1-15) nous lisons le passage de Naaman (général d’armée du roi de Syrie) qui fut guéri de la lèpre par le prophète Elicha.
Pourquoi Naaman, cet« homme considérable… ce vaillant guerrier » était-il devenu lépreux ? Le MidrachRabba (Bamidbar 7,5) nous dit : « Parce qu’il était fier de sa force et de son statut ». Le MidrachTan’houma (Tazria 11) donne une autre raison : « Parce qu’il avait ramené captive, une jeune fille d’Israël, pour l’affecter au service de son épouse ». Le BirkatMordékhaï explique qu’il n’y a pas là de contradiction, mais plutôt un éclairage particulier sur tout cet épisode.
En effet, Naaman souffrait de la lèpre mais restait orgueilleux. Il était parti chercher une fille d’Israël comme servante, une façon d’exprimer son mépris à l’égard du peuple élu et de l’asservir ! Or, c’est d’elle que viendra son soulagement physique et sa guérison spirituelle. Car c’est elle, dans sa spontanéité, qui va oser lui conseiller de faire appel au Prophète du peuple d’Israël, et de se soumettre à lui. Mais Naaman, trop dédaigneux, ne peut faire directement cette démarche. Il se rend alors chez le roi d’Aram, lequel comprend vite ce qu’il désire : une lettre de mission – un prétexte – pour se rendre auprès du roi d’Israël.
La lettre était ainsi conçue :« Au moment où cette lettre te parviendra, sache que j’ai envoyé vers toi Naaman, mon serviteur, pour que tu le délivres de sa lèpre ».A sa lecture,« le roi d’Israël déchira ses vêtements et dit : “Suis-je donc un dieu qui fasse mourir et qui ressuscite, pour que celui-ci me mande de délivrer quelqu’un de sa lèpre ?” ». Connaissant la nature de Naaman, lequel refuserait toute démarche à caractère d’allégeance, il se dit assurément :« Il me cherche querelle ».Parce que Naaman préférerait certainement continuer de souffrir, plutôt que de « s’abaisser » à s’adresserà un Prophète, juif de surcroît. C’est pourquoi Elicha intervientet « fait dire au roi : “Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements ? Qu’il vienne me trouver, et il saura qu’il est des prophètes en Israël !” »
« Naaman vint avec ses chevaux et son char, et s’arrêta à l’entrée de la demeure d’Elicha ».Il ne se donne même pas la peine de descendre, d’aller lui rendre visite. De son côté,Elicha ne sortira pas à sa rencontre, et« lui fait dire[son message] par un envoyé » – par l’intermédiaire d’un messager pour briser son orgueil.« Va te plonger sept fois dans le Jourdain, et ta chair redeviendra nette. Naaman se mit en colère et s’en alla ». Parce qu’il n’a toujours pas compris et ne perçoit qu’un manque de respect à son égard. Il reste orgueilleux et méprisant.« Certes, m’étais-je dit, il va sortir, s’arrêter, invoquer le nom de l’Eternel, son D.ieu… ».Mais non, pas de prophétie, tout juste un banal petit conseil discutable : le Jourdain. Mais« est-ce que… les rivières de Damas, ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ? »
Ce sont ses serviteurs qui vont l’exhorter et qui lui feront comprendre que sa guérison dépend de sa soumission à Elicha, de l’application à la lettre des paroles du Prophète de D.ieu ! Il lui faudra admettre ce qu’il a toujours nié, à savoir que la Vérité et la véritable force se trouvent au sein du peuple d’Israël. Finalement,« il descendit, se plongea dans le Jourdain sept fois, selon la parole de l’homme de D.ieu, et sa chair redevint comme la chair d’un jeune enfant : il était rétabli ». Guéri,il reconnaît enfin que la lèpre (de l’époque) ne frappait qu’en raison des péchés et« qu’il n’y a point de D.ieu sur toute la terre, si ce n’est en Israël ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*