15 Iyyar 5779‎ | 20 mai 2019

Trois documentaires contre l’antisémitisme

Attorney and law professor Alan Dershowitz discusses allegations of sex with an underage girl levelled against him, during an interview at his home in Miami Beach January 5, 2015. Buckingham Palace denied on Friday allegations made in Florida court documents by a woman, who said she was forced as a minor by financier Jeffrey Epstein to have sex with several people, including Prince Andrew, the second son of Queen Elizabeth. Another of those named by the woman, Dershowitz, said he has assembled a team of "eminent" lawyers to fight the sexual abuse allegations made against him in last week's filing in Florida federal court. REUTERS/Andrew Innerarity (UNITED STATES - Tags: CRIME LAW) - GM1EB1609MM01

 

Fondatrice et présidente des Productions Doc Emet, où elle explore l’identité juive, les traits culturels du peuple juif et les valeurs de liberté et de démocratie, Gloria Greenfield explique sa démarche : « Nous avons d’abord réalisé un documentaire tiré du best-seller d’Alan Dershowitz The Case For Israel’ [Plaidoyer pour Israël] publié en 2003 et que nous avons appelé, après sa sortie en 2006, The Case For Israel – Democracy’s Outpost [Plaidoyer pour Israël – l’Avant-Garde de la Démocratie]. On était en pleine guerre terroriste contre les civils israéliens, doublée en Occident d’une inflation dans la délégitimation contre l’Etat juif ».

Ce film est un vibrant plaidoyer en faveur d’Israël explicitant les fondements de son droit à exister en tant que patrie nationale du peuple Juif et à protéger ses citoyens contre le terrorisme et ses ennemis aux frontières. « Après sa diffusion en 2008, raconte Greenfield, j’ai parcouru l’Amérique du Nord pour lancer, après chaque projection, des débats auprès d’auditoires avec des Juifs et des non-juifs. Beaucoup de gens croyaient à tort que la haine virulente contre d’Israël était liée à sa politique concernant les territoires disputés : il suffirait à Israël, pensaient-ils, de se faire plus petit pour que cette haine disparaisse ! Ignorant la résurgence d’un antisémitisme meurtrier aux quatre coins du monde, la plupart des gens honnêtes sont incapables de comprendre les vrais fondements de cette haine envers l’Etat juif ».

Après sa traduction en sept langues (dont le français), ce film continue d’être visionné à travers le monde sur des campus d’universités et des lycées, dans des parlements et des centres communautaires, des églises et des synagogues.

Estimant devoir sortir d’une posture purement défensive d’un simple plaidoyer pour le droit d’Israël à l’existence, Greenfield a ensuite adopté une position offensive analysant cette haine meurtrière envers les Juifs. Elle a alors entrepris un second documentaire intitulé « Unmasked Judeophobia » [La Judéophobie à visage découvert] qui débute par une déclaration d’Elie Wiesel : « Depuis 1945, je n’ai jamais eu aussi peur que maintenant. J’ai peur parce que l’antisémitisme que je croyais appartenir au passé a survécu sous une autre apparence. J’étais convaincu que l’antisémitisme était mort en même temps que ses victimes juives à Auschwitz et Treblinka, mais je m’aperçois que non : les Juifs ont péri, mais l’antisémitisme, dans certaines régions du monde, est florissant ». Projeté pour la 1ere fois en octobre 2011 à Paris, ce nouveau documentaire a été visionné en Amérique du Nord, en Afrique du Sud, en Israël, puis au Royaume-Uni et en Australie. Ensuite traduit en huit langues (dont le français), il a débuté fin 2013 des tournées en Amérique latine et en Europe.

Doc Emet diffuse à présent « Avec Clarté et Courage : Guide d’accompagnement militant contre la judéophobie à visage découvert » réalisé par Anna Kolodner et bientôt disponible par téléchargement gratuit sur www.unmaskedthemovie.com.

Richard Darmon