12 Kislev 5781‎ | 28 novembre 2020

Education : Quelques formules d’encouragement à employer sans modération…

Notre parole est une arme puissante. Si nous l’utilisons à bon escient, nous pourrons, grâce à elle, construire nos enfants et leur fournir de bons outils qui contribueront à leur épanouissement personnel. Dans notre quotidien, nous sommes souvent amenés à donner des ordres à nos enfants, émettre des critiques face à certaines attitudes qui nous déplaisent mais aussi, et heureusement pour nous… à les complimenter ou à leur adresser de gentils mots. Si nous étions conscients de la force créatrice des mots « merveilles », et de la force destructrice du mal des mots… nous serions plus vigilants à peser nos mots avant de parler. En attendant de mettre un peu d’ordre dans nos propos, et de nous efforcer d’opter pour des formulations positives, Adina Soclof, experte en matière d’éducation, nous suggère 6 phrases-clés qui contribueront au bonheur de nos enfants.

  1. « Je t’aime »:

Quel que soit l’âge de votre enfant, il a toujours besoin d’entendre que vous l’aimez et le chérissez. Avec tout ce que vous faîtes pour lui, cette formulation expresse ne deviendrait-t-elle pas, à un certain stade, superflue ?? Eh bien, non ! Votre enfant ou votre adolescent a besoin que vous lui formuliez explicitement vos sentiments ! Ne comptez pas sur son esprit de logique ou de déduction. Dites-le-lui souvent et à haute voix, pas d’inquiétude, il ne s’en lassera pas !

  1. « Avoir un enfant… c’est la plus belle chose au monde ! »

Cette déclaration prouve à votre enfant la valeur et l’importance que vous lui accordez. Il est important de veiller, même lorsqu’il y a des périodes difficiles, à ce que l’enfant n’ait pas l’impression d’être un fardeau pour ses parents.

  1. « Je sais que tu prendras de bonnes décisions. »

Il peut arriver que les parents ne soient pas convaincus que leur enfant est capable de faire de bons choix. Or, il ne faut pas oublier que c’est justement en lui faisant savoir qu’il dispose de tous les moyens requis pour prendre de bonnes décisions qu’il sera effectivement en mesure de faire de bons choix. A l’adulte de l’encourager, à être à l’écoute de son intuition et à s’y fier.

  1. « Tu as de quoi être fier de toi »

Si la formule « je suis fier de toi » vous semble bien familière, celle qui s’en rapproche « tu peux être fier de toi » vous l’est peut-être moins. Pourtant, elle présente un avantage remarquable. Par le biais d’une phrase de ce type, votre junior apprendra à estimer sa propre valeur, à être satisfait de ses réalisations et à apprécier ses qualités, ses capacités ou ses progrès. Il pourra ainsi forger une image positive de lui-même et gagner une bonne dose de confiance en soi.

  1. « Je suis sûr(e) que tu n’as pas fait exprès de… »

Votre enfant a oublié son manteau à l’école ? Il a cassé un verre ? … Avant de le réprimander, pensez à relativiser sa négligence ou son étourderie. Bien plus qu’une délicatesse de langage, il s’agit de la pure vérité. Adultes ou enfants… qui oublierait ou commettrait une erreur intentionnellement ? En informant l’enfant que vous êtes conscients qu’il s’agit d’une inadvertance, vous dissociez l’acte de l’enfant et vous lui montrez ainsi que vous croyez en lui et en ses bonnes volontés.

  1. « Quand tu te sentiras prêt… »

Dotés de bonnes intentions, les parents ont parfois tendance à ne pas tenir compte des craintes ou des hésitations de leur enfant. Supposons qu’un enfant ait peur de se jeter à l’eau, si on lui dit : « Vas-y, tu ne risques pas de te noyer ! », se sentira-t-il en confiance pour plonger ? Les chances sont minimes. Ce genre de remarques ne fait que braquer l’enfant ! En réalité, c’est en manifestant du respect à l’égard de ses appréhensions que ses parents l’aideront à avoir confiance en lui. Dès lors qu’il se sent compris, on peut le rassurer et l’assurer qu’un jour ou l’autre, il sera prêt à tenter de nouvelles expériences et à réaliser des exploits !

(Source : aish.fr)