10 Tammuz 5781‎ | 20 juin 2021

Qui est Mike Pence, l’actuel vice-président des Etats-Unis ?

US Vice President Mike Pence visits the Western Wall, Judaism's holiest religious site, in Jerusalem's Old City, on January 23, 2018. Photo by Yonatan Sindel/Flash90 *** Local Caption *** מייק פנס סגן נשיא ארצות הברית אמריקה ביקור הכותל המערבי עיר עתיקה ירושלים

Avocat de profession et membre de longue date du Parti républicain, le 48e vice-président américain a siégé 12 ans à la Chambre des Représentants avant de devenir en 2013 gouverneur de l’Indiana et d’être choisi en 2016 par Trump comme son colistier pour les présidentielles, devenant ainsi sa caution chrétienne et conservatrice.

 

Né le 7 juin 1959 à Columbus (Indiana), Mike Pence a grandi au sein d’une famille catholique d’origine irlandaise de six enfants, l’un de ses grands-pères – qui fut conducteur de bus à Chicago – étant venu directement d’Ellis Island en Irlande aux USA à l’âge de 17 ans pour épouser le « rêve américain ». Appartenant à la classe moyenne, ses parents tinrent d’abord une petite droguerie avant de devenir propriétaires d’une série de stations d’essence. Ils votaient alors pour le Parti démocrate. Mike tire de la laborieuse réussite sociale de ses parents un profond respect pour les valeurs du travail, des affaires, de la foi en D.ieu et de la famille.

Grand admirateur du président Kennedy dans sa jeunesse, il adhèrera un temps au mouvement local des Jeunes Démocrates d’Amérique (il avouera même avoir voté en 1980 pour Carter et non pour Reagan…), obtient d’abord en 1981 une licence d’Histoire au Collège Hanover, puis son diplôme de droit en 1986 à l’Institut universitaire Robert H. McKinney d’Indianapolis.

 

Très tôt, Mike adhère au mouvement évangéliste

Pendant ses études, il adhère à l’évangélisme très actif du courant Born again, devenant ainsi le seul membre de sa famille à se distancier du traditionnel catholicisme familial… Toutefois, il n’a jamais désavoué la foi catholique dans laquelle il a grandi et se présente comme un « évangéliste catholique » ayant fait une « synthèse » entre les leçons catholiques de sa jeunesse et les idéaux protestants évangéliques.

Après s’être marié en 1985 avec Karen – qui lui donnera ensuite un fils et deux filles -, il commencera à exercer comme avocat à l’Indiana Policy Review Foundation. Parallèlement, tout en exerçant sa profession d’avocat dans le privé, il entamera sa carrière publique en animant un dialogue radiophonique intitulé « Mike Pence Show » et une émission des programmes d’affaires régionales à la télévision de l’Indiana.

De plus en plus connu dans cet Etat grâce à ces prestations médiatiques, il entre en politique en présentant en 2000 avec succès – après deux échecs antérieurs – sa candidature sur la liste républicaine à la Chambre des Représentants, où il entrera un an plus tard à l’âge de 40 ans.

 

Un congressiste très actif du Parti républicain à la Chambre des Représentants 

 

De 2001 à 2012, Pence sera un congressiste républicain très actif : président de la Conférence des Républicains puis du Comité d’Etudes républicaines, il siège à la commission des Affaires étrangères du Congrès de 2003 à 2012 et occupe la vice-présidence de la sous-commission Moyen-Orient/Asie du Sud de 2012 à 2013. « Malgré toutes ces fonctions importantes, remarque à cette époque le journaliste Shane Harris, Pence est plutôt connu pour être un idéologue conservateur qui a grimpé les échelons du Parti républicain et non pas comme un stratège de la politique extérieure ».

En 2006, il échouera de peu à la présidence du Groupe républicain alors minoritaire à la Chambre – un poste-clé qu’il décrochera trois ans plus tard et qu’il occupera jusqu’en 2011.

Renonçant en 2010 à se lancer dans la course à l’élection sénatoriale, il choisit plutôt de briguer le poste de gouverneur de l’État de l’Indiana. Pence obtient donc l’investiture républicaine pour l’élection de 2012 au poste de gouverneur de l’Indiana, puis il bat son rival démocrate John R. Gregg : succédant au républicain Mitch Daniels, il devient donc en janvier 2013 le 50e gouverneur de cet État.

Il se fait particulièrement remarquer en 2015 lorsqu’il tente d’empêcher l’installation de réfugiés syriens dans l’Indiana de crainte qu’ils soient « noyautés par des terroristes » – une tentative qui sera ensuite cassée par la Justice fédérale américaine.

En 2016, après avoir hésité à se présenter lui-même aux primaires du Parti républicain pour les présidentielles et malgré le fait qu’il ait ensuite soutenu l’un des rivaux directs de Trump, Ted Cruz, il est désigné le 15 juillet 2016 comme candidat de ce parti au poste de vice-président pour la campagne présidentielle aux côtés de Donald Trump – dont il fera la louange. Ce qui permettra à ce dernier d’améliorer son image auprès de l’électorat chrétien et conservateur. Pence prendra d’ailleurs – au nom de ses idéaux religieux – la liberté de qualifier ensuite d’« insultante et anticonstitutionnelle » la proposition de Trump d’interdire l’entrée des Musulmans sur le territoire américain.

Richard Darmon