11 Heshvan 5779‎ | 20 octobre 2018

2017, une année d’accomplissements pour Tsahal

An Iron Dome battery seen near the Southern Israeli town of Netivot. The IDF (Israel Defense Force) deployed the Iron Dome near Netivot and Ashdod in wake of rising Gaza tensions. December 27, 2014. Photo by Talucho/Flash90 *** Local Caption *** ëéôú áøæì ùäåöáä á ðúéáåú

Marquée par l’élargissement de la présence iranienne en Syrie sous le couvert du déploiement militaire russe, le retour en acte de la menace des missiles tirés depuis Gaza et une mobilisation de la rue palestinienne sur la question de Jérusalem et de l’Esplanade des Mosquées, l’année 2017 a vu l’armée israélienne contenir ces dangers en atteignant au moins cinq objectifs importants.

 

  • La mise en place d’un dispositif complet de protection anti-missile

Dernière pièce du bouclier aérien de défense d’Israël, la Harpe de David – un système capable de contrer les missiles tactiques ennemis à courte et moyenne portée susceptibles d’être tirés d’Iran et par les groupes terroristes comme le Hamas et le Hezbollah – a été mise en service en avril dernier. Le dispositif anti-missile israélien comprend donc à présent le Dôme de fer (contre les roquettes), le système du Hetz (interceptant les missiles balistiques circulant hors de l’atmosphère terrestre) et la Harpe de David.

 

  • La capacité de l’aviation de Tsahal à déjouer les missiles russes dans le ciel syrien

Lorsqu’en mars dernier, alors que les chasseurs-bombardiers de Tsahal étaient en train de bombarder un convoi de transfert d’armes sophistiquées à destination du Hezbollah, l’armée syrienne a tiré contre eux trois missiles sol-air SA-5 fournis par Moscou à Assad. Israël a aussitôt riposté en tirant et neutralisant ces missiles – pour la 1ère fois contre de vraies cibles ennemies depuis son déploiement dans les années 1990 – avec son système Hetz qui les a tous abattus.

 

  • La multiplication des attaques d’Israël contre des cibles militaires du Hezbollah et de l’Iran en Syrie

Alors que la frontière commune avec la Syrie n’a pas arrêté de se réchauffer depuis le début, en mars 2011, de la rébellion sunnite contre le régime Assad, l’ex-chef de l’armée de l’Air de Tsahal, le général Amir Eshel, a fait en août dernier l’étonnante révélation selon laquelle Israël a mené une centaine d’attaques et de raids contre la Syrie lors des 5 dernières années. C’est ainsi qu’au début décembre dernier, l’aviation de Tsahal a détruit la base iranienne d’Al-Kishouah près de Damas, faisant une quarantaine de victimes parmi les officiers iraniens et membres du Hezbollah qui s’y trouvaient.

 

  • Le déploiement naval du Dôme de fer pour protéger les stations du gaz naturel en Méditerranée

Suite aux menaces réitérées du Hezbollah d’attaquer les plate-formes maritimes israéliennes d’extraction de gaz naturel, la marine de Tsahal a installé en novembre dernier sur plusieurs de ses navires à propulsion rapide des batteries du Dôme de fer afin de pouvoir neutraliser les tirs éventuels de roquettes de la milice chiite contre ces méga-objectifs stratégiques. Et ce, alors que d’autres batteries du Dôme de fer sont en permanence déployées au nord du pays le long des frontières libanaise et syrienne, et au sud tout autour de Gaza – d’où une quarantaine de fusées ont été tirées vers le Néguev depuis la « déclaration Trump » sur Jérusalem.

 

  • La capacité de contenir – par divers moyens – les violences palestiniennes

Lors des troubles de décembre dernier après la « déclaration Trump », tout comme lors des émeutes de l’été consécutives à l’installation – puis au retrait – par Israël de détecteurs de métaux sur le mont du Temple en Vieille Ville de Jérusalem, Tsahal a assisté très efficacement la police en réussissant à contenir cette vague de violences grâce une série d’arrestations préventives, étalées sur plusieurs jours, de leurs meneurs. Tout cela a été rendue possible par le dépistage cybernétique effectué par les Renseignements de Tsahal sur les réseaux sociaux palestiniens de la plupart des actions violentes et des attentats terroristes en préparation (voir notre article).

Richard Darmon