8 Kislev 5781‎ | 24 novembre 2020

Le Consistoire veut soutenir la communauté de Brest

Une première à Brest : la petite communauté locale (on compte à peine cent cinquante Juifs dans l’ensemble du Finistère), a reçu à la fois l’ambassadrice d’Israël, Aliza Bin-Noun, et le vice-président du Consistoire central, Jack-Yves Bohbot, à l’occasion du trentième anniversaire de la synagogue. Un espace attribué par la mairie en 1987, qui sert de lieu de prière mais également de bureau ou de salle à manger quand le président de la communauté, le cardiologue Jean-Philippe Elkaïm, organise une séouda pour telle ou telle fête. Ce sera le cas ce 17 décembre, après l’allumage des bougies de ‘Hanoucca.

La cérémonie d’anniversaire, elle, s’est déroulée le 7 en présence d’environ cent vingt invités, venus de la cité portuaire bretonne et aussi d’Angers, de Nantes et Rennes.

Depuis 2014, année de son entrée en fonction, Jean-Philippe Elkaïm sent une dynamique nouvelle, avec davantage de jeunes (Brest est une ville universitaire) lors du seul office régulier, celui du vendredi soir – où il n’y a minyan qu’occasionnellement. La synagogue est ouverte le Chabbat matin, quand la Hazac, cette structure parisienne dédiée aux communautés isolées, envoie des bénévoles. En outre, les Loubavitch animent ici les réjouissances de Pourim, et le rav francilien David Revah se déplace chaque automne depuis vingt ans, pour assurer le culte de Kippour.

Jack-Yves Bohbot, fidèle à la ligne de Joël Mergui qui souhaite « n’abandonner personne », a promis l’aide logistique du Consistoire pour accompagner le frémissement observé par le docteur Elkaïm. Ce dernier explique à Haguesher, que le soutien en question « se fera sous forme d’octroi de livres pour le talmud Torah, qui a fonctionné jusqu’en 2016 et que nous souhaitons réactiver, de quelques subsides éventuels pour le système de vidéosurveillance que nous allons mettre en place… Le vice-président du « central », responsable de la synagogue Nazareth, dans le 3ème arrondissement de la capitale, a laissé entendre de surcroît qu’il envisageait un jumelage entre sa choule et la nôtre », précise le cardiologue.

Edouard Belaich, fondateur il y a trois décennies du lieu de prière brestois, était particulièrement ému le 7 décembre. Cet anesthésiste l’a présidé jusqu’en 1992. Il a évidemment fait le voyage de Marseille, où il réside à présent, pour assister à la cérémonie.

 

Axel Gantz

porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle