10 Tammuz 5781‎ | 20 juin 2021

Un Pissarro spolié rendu… soixante-quatorze ans après

La justice française a restitué aux héritiers d’un collectionneur juif spolié sous l’Occupation un tableau de Pissarro, qui avait disparu avant d’être acheté légalement aux enchères, chez Christie’s, par un couple d’Américains.

Le verdict du 7 novembre ordonne la remise de « La Cueillette », placée sous séquestre, aux descendants de Simon Bauer zal, dont les quatre-vingt-treize toiles de maîtres avaient été confisquées en 1943.

« Mes clients sont très déçus », a réagi Ron Soffer, l’avocat des époux new-yorkais Toll qui avaient déboursé la coquette somme de huit cent mille dollars, en 1995, pour acquérir le chef-d’œuvre. « Ils considèrent que ce n’est pas à eux de payer pour les crimes de Vichy », a précisé Ron Soffer, qui a plaidé la bonne foi. « Ce ne sont pas des experts, des historiens de l’art. Dans le catalogue de vente, il n’était écrit nulle part que le tableau avait été confisqué », s’est-il indigné devant la presse.

Simon Bauer zal, né en 1862, a fait fortune dans la chaussure. Interné en juillet 1944 à Drancy, il a échappé à la déportation par miracle, grâce à une grève des cheminots. A sa mort, en 1947, il n’a réussi à récupérer qu’une petite partie de sa collection.

Début 2017, la famille Bauer a appris par hasard que « La Cueillette », prêtée par les Toll, était exposée au Musée Marmottan dans le cadre d’une rétrospective parisienne consacrée à Pissarro. Elle a obtenu son placement sous séquestre, le temps d’assigner les Américains en justice.