11 Kislev 5781‎ | 27 novembre 2020

Dans l’Indre, un « Institut » à la gloire d’un militant antisémite

Le 14 octobre, un « Institut Emmanuel Ratier », du nom d’un journaliste et écrivain d’extrême-droite emporté par une attaque cardiaque en 2015 à l’âge de cinquante-sept ans, a été inauguré dans la commune de Niherne, dans l’Indre. L’affaire est ahurissante, dans la mesure où Emmanuel Ratier n’était pas un simple nationaliste mais un nostalgique de Vichy, qui a fait constamment profession d’antisémitisme et de négationnisme. C’était donc, au regard de la loi française, un délinquant. Pourtant, cet espace mémoriel de neuf cents mètres carrés a désormais pignon sur rue, avec dix-sept salles (l’une d’elles porte le nom d’un ex-milicien devenu éditorialiste au quotidien fascisant Présent, François Brigneau) et des colonnes d’archivage, en vue de « conserver le patrimoine identitaire européen ». Le bâtiment a été cédé aux héritiers d’Emmanuel Ratier par la Fraternité Saint-Pie-X, principal mouvement catholique intégriste de l’Hexagone – et obsessionnellement antijuif.

La maire de la ville, Marie-Solange Hermen (divers droite), a assuré devant la presse locale que « l’Institut » était « indépendant. Il n’embête personne. Nous sommes encore dans un pays libre », s’est-elle justifiée.

Possédé par la manie des fichiers, Ratier a consacré une grande partie de son existence à répertorier les Juifs. Il a publié un brûlot bien connu à l’extrême-droite : « Dictionnaire des changements de noms », où il dressait des listes de Juifs ayant modifié leurs patronymes sous ou après l’Occupation, afin de mieux les « débusquer ». Il a dirigé l’hebdomadaire Minute mais aussi un fanzine antisémite ordurier, « Faits et documents », et a fondé une librairie négationniste dans le 9ème arrondissement de Paris.

Son conspirationnisme était largement inspiré par son mentor, l’ancien collaborateur Henry Coston (1910-2001).

Le dernier pamphlet de Ratier, paru en 2014, s’intitulait « Le vrai visage de Manuel Valls ». Les propagandistes de la haine, Alain Soral et Dieudonné, en ont assuré la promotion. A sa mort, Jean-Marie Le Pen a évoqué « une perte immense pour la cause nationale ».

porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle