3 Kislev 5778‎ | 21 novembre 2017

Les Yéchivot séfarades en pleine expansion

A l’occasion de la 4e Hazkara de Maran Rav Ovadia Yossef Zatsal, qui aura lieu le 3 ‘Hechvan prochain, Haguesher vous propose un petit tour d’horizon des Yéchivot séfarades.

 

En effet, durant ces dernières décennies et sous la houlette du Rav Ovadia Yossef Zatsal, le monde séfarade a connu et connaît un renouveau sans précédent qui se traduit par un retour aux sources et un renforcement de la pratique des Mitsvot et de l’étude de la Torah. De nombreuses Yéchivot séfarades ont ouvert leurs portes et les jeunes étudiants sont de plus en plus nombreux à les fréquenter et celle-ci forment une forme d’élite séfarade prometteuse pour les prochaines générations. Dans l’espoir que parmi eux se retrouve le prochain Maran. A l’image de l’arche de Noé, la Yéchiva préserve les jeunes des influences extérieures et contribue à renforcer les principes de Foi, d’éthique et de morale. Aujourd’hui plus que jamais, la Yéchiva constitue une étape indispensable à franchir pour assurer la pérennité de notre judaïsme mais aussi celle de notre peuple car, comme le disait rabbi Saadia Gaon :« Notre nation n’a lieu d’être que par sa Torah » .

Vers la fin de sa vie, le Rav Ovadia Yossef zatsal s’était exprimé en ces termes : « Lorsque j’étais jeune Avrekh, notre Yéchiva Porat Yossef ne comptait pas plus de 70 élèves. A Poniowietz et à ‘Hevron, il y avait 500 étudiants… nous étions peu nombreux mais aujourd’hui, Grâce à D.ieu, nous avons des ‘régiments’ de jeunes érudits qui sont plongés dans l’étude de la Torah et qui rédigent des ‘hidouché  Torah ». En réalité, c’est au Rav Ovadia Yossef zatsal lui-même que revient le crédit de cette véritable révolution. Il s’est dévoué corps et âme pour diffuser la Torah, rapprocher des millions de Juifs vers Hachem et œuvrer pour fonder des institutions juives afin de « restaurer l’ancienne splendeur » du judaïsme séfarade, Atara Léyochna.

Ces dernières années, des Yéchivot séfarades ont été créées les unes après les autres, par de véritables miracles qui se sont produits et qui ont permis de voir l’accomplissement de la promesse divine : « elle (la Torah) ne sera pas oubliée de la bouche de ses descendants ».

A ce jour, selon les données publiées par l’hebdomadaire Haderekh de Souccot, il y a en Israël près de 70 Yéchivot Guédolot séfarades qui accueillent environ 11 000 étudiants âgés, en moyenne, de 17 à 21 ans. Toutefois, ces données ne dressent pas un tableau complet de la situation actuelle puisqu’elles ne tiennent pas compte des Yéchivot conçues pour accueillir les Baalé Techouva. De plus, elles n’incluent pas le grand nombre de jeunes séfarades qui intègrent des Yéchivot Achkénazes. En effet, ces dernières ont, en général, de 15 % à 30 % d’élèves issus de familles séfarades. Si les Yéchivot sont essentiellement localisées à Jérusalem, Bné-Brak ou Ashdod, les villes périphériques ou les régions excentrées sont également concernées par ce renouveau du monde de la Torah, c’est notamment le cas des Yéchivot de Nétivot, Rékhassim (avec 500 étudiants), Sdérot ou Tifra’h.

Parmi les nombreuses Yéchivot séfarades, certaines ont un cachet particulier qui leur est attribué soit par leur ancienneté, leur méthode ou programme d’étude, soit par leur grande réputation.

 

Porat Yossef

Cette Yéchiva semble bien être la plus ancienne Yéchiva séfarade d’Israël et s’inscrit dans la continuité directe des maisons d’étude de Bagdad. Elle a été créée en 1923, par Avraham Chalom de Calcutta (Inde). Ce philanthrope avait acheté un terrain près du Kotel en vue d’y construire un hôpital mais, après avoir consulté le Ben Ish ‘Haï, il céda à son projet initial et fonda un « hôpital pour soigner les maladies de l’âme et de l’esprit ». C’est à Porat Yossef qu’ont été formés les Géants du monde Séfarade de la génération précédente, notamment Rav Its’hak Kadouri, Rav Ovadia Yossef, Rav Yéhouda Tsadka, Rav Ben Tsion Abba Chaoul, Rav Elazar Abé’hatséra et des centaines de Talmidé ‘Hakhamim. Cette Yéchiva compte aujourd’hui deux filiales. La première, dirigée par le ‘Hakham Chalom Cohen est située dans la Vieille ville de Jérusalem et accueille 180 élèves. La seconde, ayant à sa tête le Rav Moché Tsadka, se trouve près du quartier de Guéoula et héberge 120 ba’hourim. Pour rappel, le bâtiment de la Yéchiva situé dans la Vieille Ville a été détruit durant la guerre d’Indépendance en 1948 et, après avoir erré d’une synagogue à l’autre, cette institution s’implanta définitivement à l’angle des rues Malkhé Israël / Yossef ben Mattityahou. A partir des années 70, suite à la reconstruction de la Yéchivat Porat Yossef près du Kotel, les deux institutions continuèrent à fonctionner en parallèle.

 

Kissé Ra’hamim

Dirigée par le Rav Méïr Mazouz, cette Yéchiva créée à Tunis par son père, le Rav Matslia’h Mazouz a rouvert ses portes à Bné-Brak en 1971. Elle accueille aujourd’hui près de 150 élèves. Le programme d’étude et les méthodes d’enseignement diffèrent de ceux des Yéchivot dites classiques. Tout d’abord, les ba’hourim n’assistent pas à un cours magistral mais sont conviés à participer activement au Chiour. En outre, dans les autres Yéchivot, l’on étudie la Guémara l’après-midi également mais à Kissé Ra’hamim, l’on se penche sur l’étude de la Halakha (Tour Beth Yossef). Par ailleurs, à part l’étude des traités de Guemara, l’accent est mis sur d’autres disciplines telles que la grammaire hébraïque, les neumes bibliques, les principes du calendrier hébraïque ou la rédaction de réponses halakhiques.

 

Parallèlement à ces deux vaisseaux amiraux du judaïsme séfarade, nous assistons aujourd’hui à l’émergence de nouvelles institutions, récemment créées et qui ont rapidement acquis une très bonne réputation. Citons-en deux exemples : Yéssodot Hatorah et Ohel Yossef.

 

Yéssodot Hatorah

Située à Yéssodot près de Yad Binyamin, dans un cadre magnifique et verdoyant, cette Yéchiva a été fondée en 2007 par le Rav Chimon Ziat et accueille près de 300 élèves. Le sérieux, l’ambiance d’étude et le niveau élevé de ses élèves font de cette institution l’une des plus « cotées ». Cette Yéchiva a institué des cours de Halakha hebdomadaires, programme novateur qui a inspiré diverses Yéchivot. Autre nouveauté : mise en place d’un programme d’étude supplémentaire qui a lieu tard dans la soirée, il s’agit du « Sédder Dalet ».

 

Ohel Yossef

Fondée il y a moins de quatre ans, après le décès du Rav Ovadia Yossef Zatsal, cette institution qui porte d’ailleurs le nom de Maran a été créée par Rav Ovadia Yossef, fils aîné du Rav Its’hak Yossef. Située actuellement à Ramot, cette Yéchiva remporte un succès remarquable de par la voix de la Torah qui y résonne à toute heure de la journée et l’enthousiasme avec lequel les jeunes investissent toute leur énergie pour plonger totalement dans l’étude mais aussi de par la Crainte du Ciel qu’on y acquiert.

 

Pour conclure, nous tenons à rendre hommage au Rav Ovadia Yossef Zatsal qui a tant œuvré pour redynamiser le judaïsme séfarade et, nous souhaitons beaucoup d’Hatsla’ha à ces milliers de ba’hourim qui portent fièrement le flambeau de notre Torah et qui s’apprêtent à regagner leurs Yéchivot dès Roch ‘Hodech ‘Hechvan !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*