12 Kislev 5781‎ | 28 novembre 2020

Sarah Attal-Halimi zal : un crime « antisémite » pour le Parquet (enfin !)

Le Parquet de Paris a enfin demandé, le 20 septembre, que le caractère antisémite de l’assassinat de Sarah Attal-Halimi zal soit retenu par la juge d’instruction chargée du dossier. Le procureur de la République a donc fait volte-face, après six mois de déni, au vu de l’expertise psychiatrique rendue il y a quelques jours et compte tenu de « nouveaux éléments » en possession des enquêteurs. Rappelons que l’expert, le docteur Daniel Zagury, a évoqué une bouffée délirante aggravée par une forte consommation de cannabis mais a estimé que la responsabilité pénale du meurtrier, Kobili Traoré, pouvait être engagée et que ses troubles paranoïaques à tendances mystiques n’exonéraient pas la dimension antisémite du drame.

« C’est une satisfaction pour la communauté juive et la famille de la victime qui va pouvoir commencer à faire son deuil. Et c’est une annonce importante à la veille de Roch Hachana », a commenté le numéro un du CRIF, Francis Kalifat.

Pour le président du Consistoire, Joël Mergui, « se souvenir que l’année juive écoulée a connu un crime antisémite est angoissant. Mais il est réconfortant qu’on nomme le mal, que cette barbarie qu’est l’islamisme radical soit bien identifiée afin d’être mieux combattue ».

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), satisfait lui aussi, s’est immédiatement constitué partie civile, dans l’espoir que le magistrat instructeur « suive les réquisitions du Parquet et prononce la mise en examen de l’assassin ». Parmi les responsables politiques, Marine Le Pen a été la seule à réagir. Elle s’est réjouie que « l’évidence » soit reconnue, fustigeant « la mode » consistant à qualifier les auteurs d’attentats de « déséquilibrés. C’est une épidémie, a-t-elle ironisé. Dans notre pays, les déséquilibrés se prenaient autrefois pour la reine d’Angleterre. Aujourd’hui, ils égorgent ». Et d’ajouter : « La quasi-intégralité des actes antisémites sont le fait de fondamentalistes islamistes. Il n’est absolument pas imaginable que nos compatriotes juifs vivent la peur au ventre et aient le sentiment de ne pas être entendus ». Lors de la présidentielle, la candidate du FN avait critiqué l’omerta autour de l’affaire Attal-Halimi.