15 Tishri 5782‎ | 21 septembre 2021

La Watec 2017 à Tel Aviv confirme l’expertise d’Israël  en matière d’eau

Du 12 au 14 septembre s’est tenue à Tel Aviv la biennale WATEC Israel 2017 (Water Technology & Environment Control), une exposition professionnelle et internationale qui offre un lieu de rencontre pour les fabricants, les chercheurs, les investisseurs, les universitaires, les acheteurs et les décideurs de la planète. Cette année, elle a accueilli environ 10 000 entreprises « vertes » du monde entier. Des centaines de dirigeants d’entreprises et d’experts agricoles se sont rendus au Parc des expositions pour voir les dernières innovations israéliennes concernant l’eau, le dessalement et la cybersécurité.  En effet, l’Etat hébreu reste à la pointe des technologies hydriques. Avec près de 90 % des eaux usées recyclées et réutilisées dans l’agriculture, Israël se trouve le seul pays essentiellement désertique à avoir résolu son problème de pénurie d’eau. C’est pourquoi plusieurs délégations européennes s’intéressent aux méthodes blanc-bleu car de plus en plus de régions subissent des sécheresses et des changements climatiques importants.

Ainsi, dans le cadre de Watec, le Sommet italo-israélien Greenmed 2017, dédié à la promotion du high-tech, soutenu par les Associations industrielles de Milan et de Rome, en collaboration avec les Ministères des affaires étrangères et de l’environnement et l’Agence italienne du commerce, visait à créer un pont entre les politiques des deux pays concernant les villes intelligentes, les applications numériques, le traitement de l’eau, l’énergie renouvelable et la protection du climat. Une occasion pour les industries écologiques italiennes de rencontrer des partenaires, des acheteurs et des investisseurs israéliens. Car la plate-forme permet ainsi de transformer les urgences environnementales en opportunités d’affaires.

Pour l’occasion, le gouvernement italien a délégué des ministres et dirigeants de 25 entreprises pour évaluer quelle technologie israélienne pourrait aider la péninsule de plus en plus aride. Déjà des sociétés telles que Mekorot – la compagnie nationale de l’eau – conseillent les agences publiques de l’eau de toute l’Italie, de la Sardaigne à Milan, et dispensent des conseils pour réduire les gaspillages, recycler les eaux usées et installer des capteurs de surveillance. D’autres compagnies israéliennes consultent également les firmes italiennes en matière de cybersécurité, dans le but d’empêcher les pirates de désactiver les capteurs et les jauges en ligne.

De la sorte, 40 entreprises italiennes ont eu là l’occasion d’apprécier certains des procédés les plus avancés au monde dans le traitement de l’eau et la protection de la planète. En contrepartie, les partenaires financiers et industriels israéliens ont pu bénéficier du savoir-faire et des compétences des « entrepreneurs verts » italiens.

Enfin, une réunion à huis clos a été consacrée à la coopération scientifique bilatérale, à laquelle ont participé l’ambassadeur d’Italie à Tel Aviv, Gianluigi Benedetti et le conseiller scientifique de l’ambassade Stefano Boccaletti.