29 Tishri 5778‎ | 19 octobre 2017

Paris : un nouveau Séfer Torah rue des Saules

 

Cette communauté du 18e arrondissement, qui inaugure le 9 juillet son premier Séfer Torah depuis cinq ans, se repeuple partiellement grâce à l’arrivée de jeunes couples attirés par un quartier qui se sécurise tout en restant abordable.

 

Le dimanche 9 juillet sera à marquer d’une pierre blanche pour la communauté séfarade de la rue des Saules, la communauté « Yismah Moshé », dans le 18e arrondissement de Paris. C’est en effet ce jour-là que se tiendra une hakhnassat Séfer Torah : un rouleau tout neuf (le premier depuis cinq ans dans cette synagogue) sera inauguré en présence du grand rabbin de France, le rav ‘Haïm Korsia, du grand rabbin de la capitale, le rav Michel Gugenheim, et du président du Consistoire, Joël Mergui. Le Séfer est offert par les membres d’une famille très proche d’un fidèle de la choule. Ils entendent ainsi honorer la mémoire de leurs aïeux déportés. Marc Dayan, qui préside la communauté, souhaite rassembler à cette occasion environ deux cents personnes. Les festivités se dérouleront dans l’après-midi et s’achèveront par un kiddouch suivi d’un cocktail, aux alentours de 17 heures 30.

Marc Dayan espère aussi que l’événement renforcera le kahal de ce lieu de prière qui comptait une centaine d’habitués tous les chabbat en 2012-2013, contre soixante, tout au plus, aujourd’hui.

Cela dit, certains départs vers l’ouest parisien ou vers Israël ont été partiellement compensés depuis deux à trois ans. On assiste en effet à un phénomène nouveau : l’installation de jeunes foyers juifs dans ce quartier autrefois populaire mais en voie de « boboïsation » accélérée. Tandis que des zones plus sensibles de l’arrondissement comme Barbès, Château-Rouge ou la porte de Clignancourt se sont vidées de leur population juive, la rue des Saules et les artères avoisinantes, au pied du Sacré-Coeur, sont beaucoup plus attirantes, plus chics… tout en restant relativement bon marché par rapport à d’autres secteurs de Paris. C’est pourquoi une quinzaine de fidèles de moins de quarante ans, pour la plupart fraîchement arrivés dans le 18e, prient régulièrement, désormais, à « Yismah Moshé ». La Crèche israélite de Montmartre est d’ailleurs située non loin de là, rue Lamarck. Pratique pour les couples avec enfants… Sans oublier les touristes, très nombreux ici : la synagogue est bien référencée dans les guides de voyage, notamment anglo-saxons.

La choule actuelle a été érigée sur l’emplacement de ce qui fut le célèbre Merkaz de Montmartre. Le rav Mevora’h Zerbib de la synagoguge de la rue Doudeauville y donne des cours de Torah et le ‘hazan est Shmouel Benhamou. Il y a deux autres synagogues en activité dans le 18e : celle de la rue Sainte-Isaure et le Beth Habad de la rue du Marché-Ordener.

 

Axel Gantz

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*