17 Heshvan 5780‎ | 15 novembre 2019

Veille de Roch ‘Hodech Sivane – un jour par comme les autres

Le calendrier juif est plein de rebondissements : le Rav Dessler explique que chaque moment de l’année a une lumière particulière, une influence particulière, et qu’une profusion dans un domaine spécifique est à saisir. Notre devoir est de faire « descendre » la bénédiction divine dans le domaine spécifique à cet instant. Sans la connaissance, la préparation et la prière, nous laissons passer cette bénédiction qui est à portée de notre main…Les fêtes juives, notamment, sont porteuses d’une grandeabondance et de bénédiction divine qui proviennent de l’événement que nous célébrons. Chavouot célèbre le don de la Torah et chaque année de nouveau, la lumière de la Torah brille comme au premier jour, sur le mont Sinaï. Nous devons nous préparer, prier et recevoir cette lumière immense.

Veille de Roch ‘Hodech Sivane, le jour de nos enfants

Lors du don de la Torah, Hachem nous a demandé des garants et n’a accepté, de toutes nos propositions, que nos propres enfants. Ils sont les garants de notre Torah. Quelques jours avant le jour de Chavouot, la veille de Roch ‘Hodech Sivane n’est pas un jour comme les autres. Un jour pour nos enfants, pour leur réussite spirituelle. Cela nous a été dévoilé par le Chlah Hakadoch qui a, à cet effet, instauré une prièrespéciale. Ce jour-là, c’est le moment de prier, d’implorer pour eux, pour leur réussite dans la Torah, c’est le moment où les portes du ciel sont grand ouvertes et la bénédiction tout près de nous. Il ne nous reste qu’à la saisir.
Koupat Ha’ir saisit pour vous cette bénédiction. Elle fait appel aux plus grands Tsadikim de notre temps pour qu’ils récoltentpour nous la brakha, eux qui, pleins de Torah et de sagesse, sont des réceptacles de la bénédiction divine. Et lorsque ceux-ci se réunissent dans le but unique de prier en ce moment propice pour nos enfants, nous ne pouvons pas être absents. Le nom de nos enfants doit être cité sur leurs lèvres et une prière doit être prononcée par nos Maîtres, pour nos enfants. La rencontre entre le moment propice et l’Homme saint est une garantie pour être exaucé. Ce jeudi 25 mai, veille de Roch ‘Hodech Sivane, nos Grands Maîtres seront au rendez-vous annuel pour prier pour votre réussite spirituelle, celle de vos enfants et de vos générations à venir. Ensemble, ils réciteront la Téfila instaurée par le Chlah Hakadoch pour ce jour-là et citeront un à un les noms de vos enfants. C’est un grand moment à ne pas manquer !

Veille de Chavouot, le jour de la délivrance pour les couples stériles

Ce jour-là, explique le Alchikh, Hachem s’est souvenu de notre mère Léa pour lui donner un enfant, Issakhar. Depuis cette lointaine époque, ce jour-là est propice à la délivrance des couples stériles. Ce jour-là, le ciel est ouvert aux prières pour la délivrance et une bénédiction spéciale descend sur le monde, si nous sommes là pour la recueillir. C’est le Tsadik Rav ‘Haïm Palaggi qui a dévoilé ce secret en donnant des consignes concrètes : le don de 104 pièces.

Depuis une quinzaine d’années que Koupat Ha’ir a rendu cette ségoula bien connue, les récits de couples exaucés suite à la ségoula sont innombrables.
Si vous ou l’un de vos proches a besoin de cette délivrance, faites ce pas : profitez du moment où le ciel est ouvert pour verser votre cœur, mais aussi pour y ajouter le mérite de la tsédaka de la ségoula de Rabbi ‘Haïm Palaggi. Ajouter des mérites sans compter, investissez dans le meilleur des fonds : la tsédaka, et soyez exaucés !

Le jour de Chavouot, jour de la guérison des malades

Lors du don de la Torah, il est écrit que tous les malades ont guéri, que le peuple juif entier était en bonne santé. Cette influence est là chaque année le jour de Chavouot. Hachem attend nos prières pour déverser sur nous la bénédiction de la santé dont nous avons tous besoin. L’ouverture de l’arche sainte avant la lecture de la Torah à la synagogue rappelle le don de la Torah au mont Sinaï. L’influence qui s’est manifestée au moment où Hachem a donné la Torah au peuple juif se renouvelle. A ce moment précis, nos Grands Maîtres Rav ‘Haïm Kanievsky et Rav Steinman prieront devant l’arche ouverte et prononceront un « Mi Chébérakh » pour vous ! Qui voudrait manquer une occasion si rare ? A ce moment-là, les portes du ciel sont ouvertes à toutes les bénédictions. En effet, y a-t-il eu dans l’Histoire un moment plus fort que celui du don de la Torah au peuple juif sur le mont Sinaï ? Et lorsque nous savons que chaque année, cette même lumière éternelle plane sur nous, ne la saisirons-nous pas ? Et si l’on y ajoute le mérite des piliers de la génération qui sont comparés à des Sifrei Torah vivants, qui resterait insensible ?

La réussite de nos enfants, la délivrance, la santé, tant de bienfaits que Hachem nous offre mais que nous devons demander en y ajoutant des mérites en ces jours prochains !
C’est le moment d’agir ! D’appeler Koupat Ha’ir, d’ajouter des mérites, de faire en sorte que les Tsadikim prient pour nous, prononcent notre nom. Leur mérite, le mérite de la tsédaka et la force du moment propice jouera en notre faveur et nous serons exaucés.