11 Kislev 5780‎ | 9 décembre 2019

Modiin, future grande agglomération du centre d’Israël

A view of houses at the city of Modiin, on April 08, 2017. Photo by/ Lior Mizrahi/Flash90

Dans l’esprit des responsables de l’aménagement du territoire, il fallait créer  un  nouveau  centre  urbain  à  égale  distance  de  Jérusalem  et de Tel-Aviv.  Décidée  en  1993,  la  création  de  Modiin  a  répondu  aux attentes  de  ses  concepteurs.  Nommée  d’après  l’antique  cité  d’où provenaient  les  Hasmonéens  (qui libérèrent, avant l’ère chrétienne, la Judée  de  l’occupant  grec),  des  milliers  de  jeunes  couples  se  sont installés dans cette nouvelle ville, située à égale distance de la capitale et du Goush Dan. Modiin, terminée en 1996, jouit d’un haut standard en  termes  d’urbanisme  et  d’environnement.  50 %  de  la  ville  est constituée  d’espaces  verts.  Lorsqu’on  la  découvre –  blanche  sur  fond de ciel – en montant par la route 443, elle est d’une beauté à couper le souffle.   Reliée   par   une   ligne   de   chemin   de   fer   à   l’aéroport international  Ben  Gourion  et  Tel-Aviv  (et  à  Jérusalem  dans  quelques mois par un train à grande vitesse), Modiin (bientôt 90 000 habitants) ambitionne  de  devenir  la  4e ville  d’Israël.  Longtemps  décriée  comme une  banlieue-dortoir,  la  ville  accueille  à  présent  toute  une  classe moyenne  supérieure  d’actifs  qui  jouissent  d’une  qualité  de  vie  bien plus  élevée  que  celle  d’autres  centres  urbains.  Le  fameux  plan  de logement  « à  prix  occupant »,  initié  par  le  ministre  des  Finances Moché Ka’hlon a permis  à  certains  d’acquérir un appartement de 85 m² pour 940 000 shekels, contre 1,3 million au prix du marché. Ce qu’apprécient particulièrement ses résidents, c’est que la construction des infrastructures    (équipements    publics,    écoles,    jardins    d’enfants, bibliothèques, centres communautaires) n’a pas été remise à plus tard et a suivi le rythme de livraison des logements résidentiels.

David Jortner