21 Tammuz 5779‎ | 24 juillet 2019

Découverte archéologique importante à Césarée

On  pourra  un  jour  prier  dans  l’ancienne  synagogue  de  Césarée : vieille   de   2030 ans,   celle-ci   a   été   construite   parallèlement   à   la construction  de  la  ville  de  Césarée,  sur  l’ordre  du  roi  Hérode,  et  décrite  par  Flavius  Josèphe  comme  une  « magnifique  cité »  dans  son ouvrage La  Guerre  des  Juifs.  C’est  dans  les  années 90  que  l’Autorité des Antiquités entreprend de creuser le site : les vestiges mis au jour témoignent   que   son   activité   s’étendit   bien   après   l’occupation romaine,   jusqu’à   la   période   byzantine.   Les   fouilles   en   cours   s’inscrivent dans le projet ambitieux d’attirer 3 millions de touristes en 2030. Elles sont financées par le CDC (Comité pour le développement de   Césarée)   qui   coordonne   des   investissements   apportés   par   l’Autorité   des   Antiquités,   les   Parcs   naturels   d’Israël   et   la   FER (Fondation  Edmond  de  Rothschild).  Vice-président  de  cette  dernière institution,  Guy  Swersky  a  déclaré : « Il  s’agit  d’un  énorme  projet archéologique  d’importance  nationale.  C’est  ce  qui  justifie  le  volume des  fonds  que  nous  avons  investis.  Plusieurs  siècles  d’activités  se superposent  dans  ce  lieu.  Pour  un  historien,  c’est  fascinant. »  Les travaux   sont   supervisés   par   le   conservateur   Yoram   Saad   et   l’architecte   Yaara   Shaltiel.   Michel   Karsenty,   directeur   du   CDC, explique : « Nous allons ramener le visiteur deux mille ans en arrière, l’immerger  dans  ce  qui  fut  la  réalité  de  cette  ville  au  début  du  millénaire : bref, lui offrir un véritable voyage dans le temps. » On attend également  d’importantes  retombées  économiques au  projet :  c’est toute l’activité du centre de la façade méditerranéenne qui s’en verra stimulée.  Shaoul  Goldstein,  l’un  des  directeurs  des  Parcs  naturels ajoute : « La synagogue que nous allons restaurer est contemporaine de Rabbi Akiva, celui même qui a dit : “Aime ton prochain comme toi-même. “  Nous  allons  l’ouvrir  au  public  et  faire  en  sorte  que  des  cérémonies  religieuses  puissent  s’y  tenir.  En  ces  journées  de  mémoire  et de  célébration  nationale,  il  est  assez  émouvant  d’évoquer  ce  projet, qui nous renvoie aux racines de l’histoire d’Israël et connecte le passé au présent. »

DAVID JORTNER