23 Heshvan 5780‎ | 21 novembre 2019

« Maîtriser ses finances, c’est maîtriser sa vie »

Valérie Halfon habite à Jérusalem depuis de nombreuses années et elle est conseillère en budget. De par son expérience, elle participe aux salons d’alya organisés par l’Agence Juive en France et conseille de nombreux candidats à l’alya sur la manière de gérer au mieux leur budget familial. Son premier ouvrage « Slow shopping thérapie. Consommez moins vous irez mieux », édité par Albin Michel, est sorti en librairie le 20 avril dernier et est disponible aujourd’hui dans toutes les librairies. Elle explique à Haguesher la quintessence de sa méthode.

 
Haguesher: Valérie Halfon, pourquoi avez-vous décidé d’écrire ce livre et pourquoi ce titre ?
Valérie Halfon : Je suis conseillère en budget et j’aide les gens à mieux gérer leurs finances personnelles. Au fil des années, je me suis rendu compte que souvent, les gens consommaient par habitude, sans réfléchir. Ils n’avaient pas vraiment d’objectifs clairs en tête, et pas ou peu de réflexions sur les priorités. Je sentais qu’ils avaient parfois des difficultés à s’imposer des limites. Et j’ai eu envie de partager ma méthode avec le plus grand nombre pour les motiver à reprendre le « contrôle » de leur argent. Car maîtriser ses finances, c’est maîtriser sa vie.
Pour ce qui est du titre du livre, une de mes clientes m’a dit, un jour, que le processus d’assainissement de ses finances constituait, finalement, une véritable thérapie financière. Pourquoi ? Parce qu’en prenant conscience de ses dépenses, on comprend un peu mieux qui on est mais aussi ce que l’on veut. Il n’est pas rare que des gens soient très étonnés en découvrant combien ils dépensent dans tel ou tel poste budgétaire (les vêtements ou les sorties par exemple). C’est donc l’occasion pour eux de vérifier si c’est ce qu’ils veulent vraiment faire de leur argent. La plupart du temps, ils vont décider de changer leurs modes de consommation. Et ça leur fait vraiment du bien !

 
– Pourquoi gérer son budget est si important ?
– C’est essentiel pour plusieurs raisons. D’abord, si on ne le fait pas, on risque d’être à découvert et de s’endetter. Situations qui nous plongent en général dans l’angoisse. De plus, souvent, on aimerait faire des choses (comme partir en vacances par exemple), mais on n’y arrive pas. Alors que ce serait peut-être possible si on gérait mieux son budget. Et puis, c’est une opportunité unique de mettre les choses à plat, de se poser des questions, et de faire la différence entre l’essentiel et le superflu. Ca aide aussi beaucoup de couples car en se fixant des objectifs communs et en les réalisant ensemble, on améliore énormément ses relations de couple. On apprend à remettre l’argent à sa juste place, qui est celle de moyen et non de fin en soi.

 
– Alors pourquoi on ne le fait pas toujours ?
– D’abord, parce que l’on a souvent peur des chiffres, et aussi de ce qu’ils peuvent dire de nous. Et puis, il nous est difficile de changer nos habitudes. Parfois, on dépense sans trop réfléchir ou parce qu’on n’a pas envie de « faire attention », de se restreindre. Mais ce que les gens ne comprennent pas toujours, c’est que ces restrictions d’un côté, vont nous permettre de gagner beaucoup de l’autre. Par exemple : on apporte sa gamelle au travail au lieu de s’acheter un sandwich à l’extérieur et on peut ainsi économiser de l’argent pour un projet qui nous tient à cœur.Mais il y a aussi d’autres raisons, extérieures à nous, comme la publicité ou la pression sociale par exemple. Et on ne se rend pas toujours compte à quel point on peut être manipulé. Mais quand on établit un budget, on peut enfin se libérer des nombreuses injonctions qui viennent de l’extérieur.

 
– Avez-vous des trucs et astuces pour mieux gérer son budget ?
– D’abord, avoir les chiffres en tête. Savoir quelle est la part de charges fixes et incompressibles et quelle est la part variable. Se fixer des objectifs réalistes et s’y tenir. Il faut également prendre conscience de ses priorités… et éviter les centres commerciaux et les grands magasins afin de n’acheter que ce dont on a vraiment besoin. Il est bon de privilégier les plaisirs simples, peu coûteux mais qui sont aussi les plus précieux. Le temps passé en famille, les balades dans la nature… Mais aussi se remplir d’autres choses : de cours, de musique, de créations artistiques ou autres (cuisine, jardinage…)

 
– A qui s’adresse ce livre ?
– A tous ceux qui veulent réaliser leurs rêves mais ont du mal à y parvenir. Attention, l’objectif doit être réaliste. Je ne dis pas que ce sera facile, mais je peux vous assurer qu’on a tout à y gagner !