8 Kislev 5780‎ | 6 décembre 2019

Israël veut privatiser ses industries militaires

Au  cours  des  20 dernières  années,  10 milliards  de  shekels  ont  été investis  par  le  gouvernement  dans  les  Industries  Militaires  Israéliennes (IMI –Ta’ass en hébreu). En dépit du succès de ses produits –on  lui  doit  la  célèbre  mitraillette  Uzi –  sur  tous  les  théâtres  d’opérations, ce consortium (fondé en 1933 !) n’a jamais réussi à atteindre l’équilibre  financier.  Plombé  par  633 millions  de  dollars  de  dettes,  l’idée de  privatiser  ce  groupe  s’est  finalement  imposée  comme  seule viable. Des offres de rachat, publiées à travers le monde, ont aussitôt intéressé nombre de repreneurs étrangers. Le gouvernement espère retirer entre 400 et 650 millions de dollars de cette cession. Des sociétés privées israéliennes – comme Elbit (électronique), le groupe Samy Katsav  SK  (radars),  et  Plasan  Sasa  (alliages  et  blindage,  propriété du kibboutz   Sassa) –   et   d’importantes   sociétés   d’investissement   et autres  fonds  de  placement,  comme  Apax  Partners  et  Fortissimo, seraient   également   sur   les   rangs.   Quant   aux   divisions   les   plus sophistiquées  de  IMI,  produisant  des  systèmes  d’armes  innovants  et sensibles,  pas  question  de  les  vendre :  comme  il  importe  d’avoir toujours  une  technologie  d’avance,  elles  seront  rassemblées  dans une  nouvelle  structure  sur  laquelle  l’Etat  seul  aura  la  haute  main. DAVID JORTNER