21 Nisan 5779‎ | 26 avril 2019

Tuerie de Toulouse : cinq ans après, la communauté inconsolable…

French President Francois Hollande delivers a speech during a memorial ceremony to pay tribute to the victims of 23-year-old gunman Mohamed Merah in Toulouse March 17, 2013.

Des hommages auront lieu dans la ville rose comme dans la capitale pour commémorer l’attentat du 19 mars 2012 qui a fait quatre victimes juives. Une cérémonie est prévue dans la synagogue de la rue Notre-Dame-de-Nazareth.

Il y a cinq ans, les tueries de Mohamed Merah plongeaient la France dans la terreur, en pleine campagne présidentielle. Diverses cérémonies ont été prévues en souvenir des sept vies fauchées par « le tueur au scooter », dont celles du rav Yonathan Sandler de ses deux fils Arié et Gabriel zal, et de la petite Myriam Monsonégo zal, fauchés devant l’école Ozar Hatorah (aujourd’hui Ohr Torah) : « L’attentat a été le prélude à une horreur nationale », a déclaré il y a quelques jours, à la veille de ce triste anniversaire, le rav Harold Avraham Weill, rabbin consistorial de la ville rose. « Il y a clairement eu un avant et un après 19 mars », a-t-il estimé, faisant allusion à la longue série d’assassinats djihadistes qui a suivi. Quant au maire Les Républicains de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, il a indiqué à la presse que sa municipalité se faisait « un devoir de se souvenir de ces vies volées par une haine aveugle, car l’abjection de cet acte restera gravée dans nos mémoires ». Ce 19 mars, on se réunira à partir de 10 heures 30 dans les jardins de l’école Ohr Torah, en présence de son directeur, Yaacov Monsonégo, qui a perdu sa fille, agée de huit ans dans la fusillade, de la rectrice d’académie, du rav Weill et de Jean-Luc Moudenc. Samuel Sandler, père du rav Jonathan Sandler zal, prononcera une brève allocution, de même que le rav Yaacov Monsonégo, qui évite de s’exprimer sur ce terrible drame qui l’a frappé dans sa chair. L’invité d’honneur de ces commémorations sera le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux. Pour la première fois depuis l’attentat, l’école juive sera ouverte au public ce jour-là. Une statue commémorative du sculpteur français Charles Stratos réalisée pour l’occasion sera inaugurée dans la cour. Un peu plus tard dans l’après-midi, un dépôt de gerbes aura lieu près de la place du Capitole, au pied du magnolia planté en 2013 par François Hollande en mémoire des victimes. Le 15 mars, la maire Les Républicains de Montauban, Brigitte Barèges, a présidé une cérémonie devant la stèle érigée dans le bâtiment du dix-septième régiment de parachutistes en l’honneur des soldats tués ici par Mohamed Merah. En marge de ces manifestations, une rencontre-débat était prévue le 19 mars à Toulouse « pour dresser le bilan d’un quinquennat marqué par le terrorisme islamiste et aborder les défis qui attendent le prochain chef de l’Etat ». L’événement organisé par Elnet, une association visant à développer des partenariats entre l’Etat juif et les pays européens, a été annulé in extremis. Le président du CRIF régional, Franck Touboul, a expliqué que la communauté juive entendait privilégier le recueillement, « sans mélange des genres » ni politisation de l’anniversaire. Il a assuré néanmoins qu’une réflexion de fond serait engagée ultérieurement dans la ville, « peut-être en avril ou mai ».

A Paris, une cérémonie se déroulera à la synagogue de la rue Notre-Dame-de-Nazareth le 19 mars à 19 heures, « en mémoire de toutes les victimes du terrorisme», a précisé Joël Mergui. Le président du Consistoire a rappelé qu’un hommage solennel a eu lieu au même endroit il y a tout juste cinq ans. Le numéro un français de l’époque, Nicolas Sarkozy, et son successeur à l’Elysée, François Hollande, y assistaient.
Axel Gantz