21 Nisan 5779‎ | 26 avril 2019

Un conseiller municipal français à Jérusalem

La ville de Jérusalem – qui accueille plus de 10 % de la population nationale – est la deuxième ville du pays en termes de nombre d’Olim français. Compte tenu de la place importante qu’occupe la communauté francophone à Jérusalem, Aryé Dehry, le leader du parti Chass, a désigné cette semaine rav Shemouel Marciano comme nouveau membre du conseil municipal, afin qu’il représente le public francophone au sein de la mairie et qu’il puisse répondre à leurs besoins.
– Haguesher : Pourriez-vous nous expliquer en quoi consistera votre nouvelle fonction ?
– Rav Shemouel Marciano : En tant que membre français du conseil municipal, mon rôle sera de me tenir à lécoute du public francophone et de l’aider dans tous les domaines de la vie quotidienne : éducation, santé, démarches administratives, etc. Mon rôle sera d’intervenir auprès des responsables des différents secteurs, pour venir en aide aux résidents francophones de Jérusalem.
– Concrètement, comment la communauté française pourra-t-elle bénéficier de votre aide ?
-La mairie mettra en place un assistant/secrétaire qui se chargera de recueillir les requêtes ou réclamations du public. Ainsi, les demandes pourront être traitées de façon organisée selon lurgence de la situation. De même, une adresse email et une ligne téléphonique seront mises à la disposition des résidents français, où ils pourront sadresser à des interlocuteurs francophones. Parallèlement, des plages horaires seront réservées aux rendez-vous. De mon côté, jenvisage de faire une tournée régulière dans les différents quartiers de Jérusalem pour rencontrer les communautés francophones (Har Homa, Baka, Talpiyot…), afin de cibler les difficultés rencontrées par chacune delles et tenter dy remédier.
– Pouvez-vous nous présenter brièvement vos activités principales ?
Certes, le monde de la politique est nouveau pour moi. Mais depuis plusieurs années, je minvestis dans de multiples actions et projets communautaires ou sociales à Jérusalem, que ce soit à travers le Collel que je dirige, les œuvres charitables dont je me charge dans le cadre de lassociation Darkei Eliyahou, ou encore par le biais de livres de Halakhot en français que jai publiés.
– Votre emploi du temps semble donc déjà bien chargé, puisque vous consacrez en outre plusieurs heures par jour à l’étude et à dispenser des cours. Qu’est-ce qui vous a motivé à accepter une charge si lourde, qui n’est de surcroît pas rémunérée ?
A vrai dire, j’étais au début assez réticent, puisque le monde de la politique m’est jusqu’à ce jour totalement étranger. De plus, je n’ai jamais cherché à avoir une fonction de ce type. En réalité, cela fait plusieurs mois que le parti Chass cherchait un représentant français au sein de la mairie. Mais pour des raisons d’ordre technique, les différents candidats envisagés n’ont finalement pas pu endosser cette fonction. Cette proposition m’est tout simplement venue du Ciel, il y a à peine quelques jours. J’ai alors consulté mes Rabbanim et c’est en suivant leur conseil et avec leurs encouragements que j’ai répondu à cette offre par l’affirmative.
– Quel est votre souhait à la veille de votre entrée en fonction ?
Je lève mes yeux vers le Ciel et prie Hachem de m’aider dans cette nouvelle tâche vers laquelle Il ma guidé. J’espère bénéficier en permanence d’une Siyata Dichmaya (« Aide divine ») pour relever les nouveaux défis qui m’attendent et être en mesure de venir en aide à mes frères.
Propos recueillis par Yokheved Levy