18 Kislev 5780‎ | 16 décembre 2019

Cellcom veut rendre les villes « plus intelligentes »

Le  mardi  7 février,  Ami  Erel,  le  président  de  Cellcom  a  annoncé  que sa compagnie allait déployer d’autres activités en plus de celles liées à  la  téléphonie.  Ce  projet,  lancé  en  partenariat  avec  AGT,  vise  à utiliser les technologies de l’information et de la communication pour améliorer  la  qualité  des  services  urbains  et  réduire  les  coûts  de fonctionnement des villes. Au cours de l’année passée, le concept a été  testé  avec  succès à  Singapour,  Barcelone  et  Stockholm.  Il  est actuellement développé à titre expérimental à Kfar Saba, Nahariya et Tsfat.  Cette  avancée  technologique  s’appuie  sur  ce  qu’on  appelle  désormais   « l’internet   des   objets »   (en   anglais   et   en   abrégé   IoT : internet of things). Le Pr Rudolf Giffinger, sociologue urbain, a défini les  caractéristiques  d’une  « smart  city »,  une  ville  intelligente :  c’est un ensemble humain où l’économie, la mobilité, l’environnement et l’administration  se  connectent  pour  assurer  une  meilleure  qualité  de vie.  Pour  y  arriver,  on  installe  dans  la  ville  des  capteurs  sans  fil  qui vont  mesurer  le  niveau  de  pollution  dans  chaque  rue,  détecter  les fuites  d’eau,  estimer  le  volume  des  ordures  ménagères,  repérer  les objets et les attroupements suspects, identifier les bouchons dans la circulation,   informer   les   automobilistes   de   places   de   parking disponibles,  adapter  l’éclairage  urbain  aux  flux  des  résidents,  etc. Toutes ces données sont ensuite analysées, communiquées en temps réel  aux  services  municipaux  compétents  qui  interviennent  pour  réguler l’ensemble. Nir Sztern, le directeur exécutif de Cellcom a ajouté : « Il y a déjà en Israël 15 millions d’objets connectés,  et leur nombre va croître au cours des prochaines années. Cette technologie est déjà utilisée dans l’agriculture, où des capteurs mesurent le besoin en eau des  plantes,  ce  qui  permet de  réaliser  d’importantes  économies dans les  budgets  d’irrigation.  La  mise  en  place  de  ces  technologies  se traduira  par  d’importantes  économies  d’électricité,  une  baisse  de  la pollution, et une meilleure qualité de vie pour tous. » Cellcom, qui réalise déjà 30 % de son chiffre d’affaires à partir de programmes issus de  cette  technologie,  a  compris  que le  concept  de  Smart  City  n’était pas un vain slogan. DAVID JORTNER