2 Iyyar 5777‎ | 28 avril 2017

La santé publique au défi Les Israéliens vivent plus vieux :

 

le système de santé saura-t-il s’y adapter ?

« Chaque jour qui passe augmente de 5 heures l’espérance de vie des Israéliens » a déclaré le ministre de la Santé Yaakov Litzman le 31 janvier, lors d’une conférence devant les responsables du Bitoua’h Léoumi. Il a ajouté que cette bonne nouvelle allait aussi représenter un nouveau défi pour le système de santé israélien : « Nous devons nous y préparer soigneusement. Le pourcentage de la population âgée va doubler ou tripler au cours des prochaines années. Il va falloir prévoir des investissements nouveaux pour construire des centres gériatriques, et pour former des spécialistes en gériatrie – ce qui demande 12 ans ! » En 25 ans, le nombre d’Israéliens âgés de plus de 75 ans est passé de 410 000 à 811 000. En 2025, 30 000 nouvelles personnes du quatrième âge viendront s’ajouter chaque année à la population, contre 5 000 à 10 000 aujourd’hui. Depuis 2005, l’espérance de vie pour les hommes est passée de 78,2 à 80,1 ans, et pour les femmes de 82,2 à 84,1 ans. Les dépenses publiques par personne de plus de 75 ans s’élèvent à 23 000 shekels par an contre 5 500 shekels pour la population générale. Les plus de 65 ans représentent 11 % de la population, mais 45 % des hospitalisations. Ils consomment en moyenne pour 1 700 shekels de médicaments contre 650 pour une personne plus jeune. Enfin, 34 % d’entre eux sont en surcharge pondérale, 30 % sont diabétiques contre 10 % dans la population plus jeune. A ces chiffres vient se joindre le manque à venir de personnels soignants, dû aux prochains départs en retraite des médecins, majoritairement issus de l’ancienne Union soviétique. Enfin, pour répondre à la demande hospitalière, il faudrait ajouter chaque année 1 000 nouveaux lits dans les hôpitaux israéliens – loin de la moyenne des pays de l’OCDE dans ce domaine. Tels sont quelques défis que le système de santé israélien devra surmonter dans les prochaines décennies. DAVID JORTNER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*