23 Av 5779‎ | 24 août 2019

Patrick Beaudoin : « À Saint-Mandé, nous multiplions les mesures sécuritaires »

Le maire de la ville située devant l’Hypercasher a présidé une cérémonie mémorielle, le 8 janvier, dans le jardin où la municipalité a planté des oliviers en souvenir des victimes. Entretien avec l’élu d’une commune qui compte 30 % de Juifs
– Haguesher : L’Hypercasher est situé à Paris, mais à la jonction de Saint-Mandé. Il suffit de sortir du supermarché pour fouler le territoire de votre commune. Comment avez-vous vécu la tuerie du 9 janvier 2015 ?
– Patrick Beaudoin : L’attentat a été très traumatisant. Nous avons dû confiner nos enfants et quasiment l’ensemble de la population… On ne pouvait plus faire un pas à l’extérieur. C’était un acte de guerre que nous avons ressenti comme tel. Une fois de plus, des Juifs sont tombés sous les balles d’une idéologie totalitaire. C’est pourquoi la municipalité a tenu à leur rendre hommage en créant devant l’Hypercacher un jardin « de la fraternité et de la paix », avec cinq oliviers : quatre d’entre eux symbolisent les personnes disparues ce jour-là porte de Vincennes, et le cinquième toutes les victimes françaises du terrorisme. C’est pour nous un signal de résistance.
– Haguesher : Avez-vous pris des mesures sécuritaires particulières depuis deux ans ?
– Patrick Beaudoin : Oui, nous les avons multipliées. Nous avons décidé d’armer notre police municipale. D’autre part, un kit de détresse fonctionne désormais dans les lieux juifs, avec une alarme reliée à la police nationale. Le système de vidéo-surveillance de la commune a été entièrement rénové et modernisé. Enfin, nous avons renforcé notre collaboration avec les soldats du dispositif Sentinelle qui patrouillent ici.
– Haguesher : La cohabitation entre Juifs et non-Juifs est-elle satisfaisante à Saint-Mandé ?
– Patrick Beaudoin : Elle est excellente ! Vous savez que notre ville compte une population juive exceptionnellement importante : environ 30 % de mes administrés appartiennent à votre communauté. Cette proportion a crû notamment pendant les années 2000. Pas moins de trois synagogues sont en activité dans notre petite cité, sans oublier bien sûr les espaces et services communautaires de notre voisine, Vincennes. Et tout se passe bien…
– Haguesher : Espérez-vous attirer de nouvelles familles juives ?
– Patrick Beaudoin : Pourquoi pas ? Elles sont les bienvenues, si elles trouvent un logement : Saint-Mandé est l’une des communes les plus denses de France. L’offre foncière, hélas, y est de plus en plus rare.
Propos recueillis par Axel Gantz