14 Kislev 5780‎ | 12 décembre 2019

Fin de partie pour Golan, racheté par Electra

A woman walks next to a Cellcom service station in Jerusalem , on November 05, 2015. Israeli telecommunications company Cellcom has signed a deal to acquire competitor Golan Telecom for 1.17 billion shekels . The move would make Cellcom Israel's biggest telecom company, with a market share of 37%. Photo by Lior Mizrahi/Flash90

Un   repreneur   a   finalement   été   trouvé   pour   racheter   l’entreprise  de  téléphonie  mobile  fondée  par  Michael  Golan  en mai 2012.  Le  3 janvier,  la  société  Electra  s’est  engagée à  acquérir  Golan  Telecom  pour  350 millions  de  shékels.  Cellcom  aurait bien  voulu  s’attribuer  Golan,  mais  il  en  a  été  empêché  par  l’Autorité  de  la  Concurrence,  qui  n’entendait  pas  favoriser  la naissance   d’un   nouveau   monopole.   Il   faut   noter   que   le repreneur  n’a  aucune  expérience  en  téléphonie :  la  société Electra  (4200  employés),  fondée  en  1945,  s’est  imposée  en Israël dans les secteurs de la construction électromécanique, de la  distribution  et  de  l’immobilier.  Elle  pilote  également  des projets  en  Europe  de  l’est  et  en  Afrique.  En  examinant  les conditions  de  l’accord,  il  apparaît  que  Cellcom  s’est  trouvé  de facto associé au deal puisqu’il a prêté 130 millions de shékels à Electra.  On  peut  donc  avancer  que  le  management  de  Cellcom saura  faire  profiter  de  son  expérience  le  nouveau  venu,  ce  qui permet à certains de conclure que Golan a été racheté en sous-main par Cellcom.  La fin d’un rêve pour l’économiste Gad Pérez, « Golan et ses forfaits à prix cassé ont fonctionné comme un réel opium du peuple, auquel on a fait croire qu’on pouvait téléphoner pour presque rien. Mais dès que la  compagnie  s’est  retrouvée  confrontée  aux  véritables  coûts, toute la magie a disparu. Vouloir tenir la route avec des forfaits à 20shékels était une fiction qui s’est évanouie face au principe de réalité. » En ce qui concerne le montant des forfaits à venir, ceux-ci  ne  devraient  pas  être  inférieurs  à 50shékels,  car  le repreneur   s’est   engagé   à   payer   200 millions   de   shékels   à Cellcom  pendant  10 ans  pour  l’usage  de  ses  infrastructures. DAVID JORTNER