14 Kislev 5780‎ | 12 décembre 2019

Le CRIF réagit aux propos d’Avigdor Lieberman

French President Francois Hollande (C) stands with CRIF President Roger Cukierman (L) and CRIF Vice President Francis Kalifat (R) as he arrives for the 30th annual dinner held by the French Jewish Institutions Representative Council (Conseil Representatif des Institutions juives de France - CRIF) in Paris, February 23, 2015. REUTERS/Etienne Laurent/Pool (FRANCE - Tags: POLITICS RELIGION) - RTR4QVD3

Le CRIF  a  immédiatement  condamné  l’appel  d’Avigdor  Lieberman  aux  Juifs  de France,   leur   demandant   de   « quitter   cette   terre   qui   n’est   pas   la   vôtre ».   Le surlendemain,  le  président  de  l’organisation  juive,  Francis  Khalifat,  est  revenu  à  l’antenne  de  France-Info  sur  l’ensemble  des  controverses  en  cours  concernant  le dossier israélo-palestinien. Il a jugé « inacceptables » les propos du ministre de la Défense du cabinet Nétanyaou, qui avait qualifié la conférence internationale prévue  à Paris  le  15  janvier  prochain,  de « version  moderne  du  procès  d’Alfred  Dreyfus », appelant  également  les  Juifs  de  France  à  quitter  ce  pays  pour  venir  s’installer  en Israël.  Mais Francis  Khalifat  s’est  empressé  d’ajouter :  « Néanmoins,  cette  réunion, sans  la  présence  des  principaux  protagonistes,  peut  éveiller  chez les  Israéliens  la crainte que cela se transforme en tribunal à leur encontre. C’est souvent le cas dans les instances internationales où l’on traite de ces problèmes. Je comprends donc leur inquiétude  (…).  Un  accord  n’est  envisageable  qu’à  l’issue  de  négociations  directes entre les parties ». S’agissant  de  la  hausse  des  actes  antisémites  dans  l’Hexagone  dénoncée  par Avigdor Lieberman, Francis Khalifat a rappelé qu’ils étaient en baisse, au contraire, tout en se situant « à un niveau très élevé ». Axel Gantz