4 Adar 5778‎ | 19 février 2018

Décès du rav Gabriel Tolédano zatsal, roch yéchivat Or Baroukh

Jeudi 17 novembre, le monde de la Torah a été plongé dans une profonde tristesse à l’annonce de la disparition du rav Gabriel Tolédano zatsal, roch yéchiva de Or Baroukh à Bayit Végan. Le rav est décédé à l’âge de 79 ans après avoir souffert pendant de longues années. Il représentait un pilier du monde des yéchivot séfarades et était considéré comme l’un des plus éminents talmidé ‘hakhamim du judaïsme séfarade contemporain. Né à Meknès le 5 Chevat 5697, il était le fils de rav Chlomo et de la rabbanite Rivka qui était la fille du célèbre rabbi Réphaël Baroukh Tolédano zatsal, auteur du Kitsour Choul’han Aroukh séfarade. Rav Gabriel était le 17e maillon de la lignée des descendants de rabbi Daniel Tolédano, sage de renommée que comptaient les Juifs expulsés d’Espagne. Il a été élevé au sein d’un foyer totalement empreint de Torah et de crainte d’Hachem et a étudié durant son enfance auprès des maîtres de sa ville. Dès son jeune âge, il s’est distingué pour ses capacités remarquables et son investissement exemplaire dans l’étude de la Torah. Après sa Bar-Mitsva, il s’est joint aux délégués du rav Its’hak ‘Haïkin zatsal qui avaient effectué une tournée au Maroc pour recruter des élèves pour la yéchiva d’Aix-les-Bains. Convaincu du bien-fondé de sa décision et en dépit des sacrifices que représentait cet isolement, le jeune Gabriel réussit à convaincre d’autres camarades à faire le même choix que lui. Après avoir étudié à la yéchiva d’Aix-les-Bains, il suivit les conseils de son oncle, rabbi Yaacov Tolédano zatsal qui recommandait aux jeunes désireux de s’élever spirituellement, de se rendre dans les grandes yéchivot d’Érets Israël. Ainsi, à l’âge de 18 ans, il se présenta à la yéchiva de Poniovitz dirigée par le rav Éliézer Ména’hem Man Cha’h zatsal qui accepta volontiers sa candidature vu son sérieux et sa motivation pour l’étude. Au bout de deux mois passés à Poniovitz où les cours étaient dispensés en Yiddish, le rav Gabriel Tolédano voulut s’orienter vers une autre yéchiva où l’on étudiait dans une langue qui lui était familière. Mais, lorsque le rav Cha’h zatsal en fut informé, il embaucha un professeur privé afin de lui enseigner le Yiddish, et ce, dans le but de conserver ce jeune élève prometteur dans son institution. En effet, le rav Gabriel Tolédano zatsal était complètement investi dans son étude et cherchait à saisir le sens profond de chaque sujet. Il n’hésitait pas à s’entretenir régulièrement avec ses maîtres, et son roch yéchiva prenait soin de lui comme son propre fils. Après son mariage, rav Gabriel s’installa à Gateshead (Angleterre) et y étudia au kollel pendant sept ans. Puis, il se rendit à Strasbourg où il transmit les méthodes d’étude approfondie acquises à Poniovitz et marqua son entourage par l’image du véritable « Ben Torah » qu’il représentait. En 1973, le rav Gabriel Tolédano et sa famille s’installèrent définitivement en Israël. Arrivé à Jérusalem, un poste lui fut proposé à la yéchiva de « Porat Yossef » (Katamon) dirigée par le rav Chalom Cohen chlita. En 1975, il ouvrit avec son frère, le rav Mikhaël Tolédano chlita, la yéchiva Or Baroukh destinée à accueillir les jeunes séfarades. Pendant des dizaines d’années, il consacra sa vie à former des milliers d’élèves en leur transmettant la Torah avec enthousiasme. Très sensible, il se tenait à l’écoute de ses disciples et continuait à les guider même après leur mariage. De plus, il était doté d’un esprit de raisonnement profond et rédigea dix volumes intitulés « Mits’adé Gaver » traitant de sujets talmudiques ainsi que l’ouvrage « Gal Israël » traitant de Aggada. Il y a près de 20 ans, la maladie l’a atteint, mais il veillait au maximum à assumer ses responsabilités à la yéchiva, car la Torah était sa seule source de vie et de joie. Durant ses dernières années, en raison de la dégradation de son état de santé, il n’était plus apte à remplir ses fonctions. Il acceptait ses souffrances en silence, avec un courage indescriptible, émanant de son haut niveau de Emouna. Outre les membres de sa famille, de nombreux rabbanim prononcèrent des Hespédim lors de sa Lévaya dont rav Chemouel Auerbach, rav Don Ségal, rav Baroukh Mordekhaï Ezra’hi, rav Yéhouda Adess et rav Yaacov Hillel. Il laissa derrière lui une belle descendance qui suit la merveilleuse voie qu’il leur a tracée. Des milliers d’élèves l’accompagnèrent à sa dernière demeure, au Har Haménou’hot, en ce 16 ‘Hechvan, jour anniversaire du décès de son maître, le rav Cha’h zatsal. Que son âme repose en paix !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*